Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Le père du Futuroscope est décédé.

par Jonathan Lutaster

EV�NEMENT

Lundi 13 avril 2009 - 22:07


ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions

Alors que le Futuroscope présentait ses nouveautés 2009 la semaine dernière à la presse, son père fondateur René Monory, nous a quitté dans le nuit de vendredi dernier à l'âge de 85 ans. Hommage à ce visionnaire, qui a permis d'accélérer l'essor de la région Poitou Charente.

Avant d'être le fondateur du Futuroscope, René Monory était un homme politique, qui a gravi tous les échelons. Il a commencé pas reprendre le garage de son père, ce qui lui a valu par la suite le surnom de garagiste de Loudun. Puis il a été piqué par le virus de la politique. D'abord maire, il a ensuite enchaîné les fonctions de président du conseil général de la Vienne, de président du conseil régional de Poitou-Charente, il a été nommé deux fois ministre sous deux gouvernements différents, jusqu'à atteindre le deuxième poste le plus haut de l'état, président du Sénat. Pas mal pour un self-made-man, issu d'un milieu modeste, qui n'a pas fait de grandes études.

Le Futuroscope, l'idée d'un autodidacte humaniste.

C'est au début des années 80, à l'époque de la "décentralisation", que lui germe l'idée de construire un site touristique dans sa circonscription et région natale. Son objectif, accélérer la croissance du département grâce à une technopole intégrée autour d'infrastructures de tourisme. L'idée première reposait sur la création d'un observatoire du futur, qui finalement mûrit, et prit la forme d'un projet de parc de loisirs axé sur la thématique de l'image.
La zone d'installation retenue par René Monory se situe à 10 kilomètres de Poitiers, à la croisée de l'autoroute et de la route départementale D910, en plein milieu des champs de betteraves.

En décembre 1984 la première pierre fut posée, suivie en mai 1987 de l'ouverture des deux premiers pavillons. Le succès fut au rendez-vous, et dès 1988 de nouveaux bâtiments sont construits chaque année, jusqu'en 1996, année record pour le parc où près de 3.000.000 de visiteurs ont fait le déplacement. René Monory assura la présidence du parc jusqu'en 2000, année de la revente au groupe Amaury. Cette période où la gestion fut privatisée se solda par un échec, la baisse de la fréquentation entamée en 1997 n'ayant pu être endiguée. Le parc fut redonné aux mains du secteur public par le biais d'une SEML.
Et comme un dernier coup de pouce pour son protégé en mauvaise posture, René Monory alla démarcher un certain Bill Gates comme se souvient Dominique Hummel : A mon arrivée début 2003, son audace a permis d'obtenir en quelques jours un rendez-vous avec Bill Gates. Avec dans la foulée, un départ pour les États-Unis qui nous a permis, dès le printemps 2003, d'innover avec la création de la Cité du Numérique.

Pendant toutes ces années, M. Monory partagea son temps entre ses fonctions politiques, et son affection pour le Futuroscope. L'ancien président Français Valérie Giscard D'Estaing, s'est exprimé samedi matin sur Europe 1 à son sujet : « Il s'est passionné pour cette affaire de Futuroscope, c'était une idée qu'il a eu, qui était de penser qu'il fallait faire un site très avancé au point de vue technologique en France et en particulier à Poitiers, sur toutes les techniques de l'image [...] Il a d'ailleurs cherché à la renouveler périodiquement, il a été aux États Unis plusieurs fois pour observer ce qu'était l'innovation dans le domaine optique et cinématographique. C'est donc une passion personnelle qu'il a exprimée à ce moment là, l'idée qu'il devait y avoir en France des exemples de technologies avancées ouvertes au grand public. »
On se souvient d'ailleurs à l'été 1998 de son apparition dans l'émission Interville au Futuroscope, où il évoquait avec fierté sa toute nouvelle trouvaille ramenée de Las Vegas : le Défi d'Atlantis, un simulateur 3D ouvert 2 ans plus tard. ParkOtheK vous propose cet instant souvenir :


René Monory au Futuroscope, lors d'Interville 98
Auteur : ParkOtheK / Glem / Mistral production / TF1


L'hommage des employés du parc.

Le communiqué de presse du parc nous relaye ces quelques mots : « C'est avec une profonde tristesse et particulière émotion que les personnels du Parc du Futuroscope viennent d'apprendre la disparition de René Monory. Le Futuroscope voit donc partir son illustre fondateur, un peu plus de vingt ans après sa création. Sa disparition attriste l'ensemble des salariés qui garderont le souvenir d'un homme respectueux des autres, soucieux de l'intérêt général, très présent pendant toutes ces années où il était aux commandes du Parc. Le souvenir d'un homme qui a eu l'idée géniale de "faire pousser le futur dans un champ" comme il aimait à répéter. Les salariés du Futuroscope adressent leurs plus sincères condoléances à sa femme Suzanne, sa fille et à toute sa famille. » C'est d'ailleurs en présence de tous les salariés du parc qu'a été prise la photo ci-dessous, lors des 20 ans du parc.

©


L'actuel Président du Directoire Dominique Hummel, nous donne sa vision du personnage : « René Monory était un homme de projet, un décideur hors pair, un vrai patron qui par son énergie, son sens de la décision et sa force d'entraînement, permettait à chacun de se dépasser et de donner le meilleur de lui-même. Tout René Monory se résume dans sa capacité de surprendre et de frapper fort. Bref, d'avoir toujours un temps d'avance ».
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2021
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales