-
Disneyland Paris : Laurent Cayuela raconte l'Imagineering.
Walt Disney a souvent été qualifié de conteur moderne grâce aux films qu'il produisit. Il fit redécouvrir les plus vieux contes européens au monde entier. Aujourd'hui, cette tradition de l'histoire se perpétue dans les parcs de la compagnie grâce aux Imagineers, les "ingénieurs de l'imagination" comme ils aiment souvent à se qualifier. Nous avons rencontré un de ces conteurs d'histoires passionnés. Laurent Cayuela travaille à Disneyland Paris Imagineering: il a ouvert pour nous son livre d'histoires et nous présente son travail.

Laurent Cayuela, Show Writer à Walt Disney Imagineering.
Laurent Cayuela, Show Writer à Walt Disney Imagineering.
© Disney

ParkOtheK : En quelques mots, comment définiriez-vous le rôle de Walt Disney Imagineering et votre travail ?

Laurent Cayuela : Je travaille au sein du département Show Quality Standards (SQS) de Disneyland Resort Paris depuis 2001. Je suis ce qu'on appelle ici un Show Writer, un concepteur écrivain. Au cinéma, je pourrais être scénariste, dialoguiste ou script.

Pour expliquer ce qu'est l'Imagineering, il faut se projeter dans les années 50, à l'époque de la création de Disneyland en Californie. Walt Disney Imagineering est née aux Etats-Unis, lorsque Walt Disney conçut son premier parc en Californie. Cette idée de parc de loisirs familial lui vint lorsqu'il accompagnait ses deux filles au jardin public. Assis sur son banc, occupé à manger des cacahuètes pendant que ses filles s'amusaient, il s'ennuyait ferme. "Pourquoi ne pas créer un lieu dans lequel on pourrait s'amuser tous ensemble ?" pensait-il alors. Disneyland est né d'une constatation simple : si ce que Disney produit au cinéma plaît aux familles, alors ce qu'il créera dans ses parcs aussi.

Walt Disney était un visionnaire avant tout, qui savait s'entourer d'inventeurs et de talents. La création d'un parc à thèmes dans lequel ses personnages et ses histoires devaient prendre vie représentait un vrai challenge : il fallait passer de la 2D de ses films traditionnels, à de vrais décors en 3 dimensions. Pour cela, il s'entoure de dessinateurs, de techniciens, d'architectes qu'il regroupe au sein d'une nouvelle société baptisée WED Enterprises. Walt Disney, de son vrai nom Walter Elias Disney, donne simplement ses initiales à sa société dans le but de réconforter ses banquiers qui craignaient que cette nouvelle structure n'entache la renommée des Walt Disney Productions en cas de faillite du parc.

Walt Disney, devant le plan de Disneyland à Anaheim en 1955.
Walt Disney, devant le plan de Disneyland à Anaheim en 1955.
© Disney
Mickey Apprenti-Sorcier, symbole de l'Imagineering.
Mickey Apprenti-Sorcier, symbole de l'Imagineering.
©


Ce n'est qu'en 1986, sous l'impulsion de Michael Eisner alors PDG de la Walt Disney Company, que WED Enterprises devient la Walt Disney Imagineering. L'Imagineering regroupe aujourd'hui 140 disciplines, du directeur artistique au décorateur d'intérieur, en passant par l'architecte ou l'ingénieur.

L'Imagineering aurait du être dissoute une fois la création de Disneyland en Californie terminée. Mais comme le disait Walt Disney lui-même : "Disneyland ne sera jamais achevé tant qu'il y aura de l'imagination sur cette planète". Walt Disney Imagineering a donc perduré.

POTK : Disneyland Resort Paris possède aussi des Imagineers « à résidence ». Quel est leur travail à cette échelle plus locale ?

Des directeurs artistiques, dessinateurs, éclairagistes, architectes, ingénieurs, et graphistes travaillent sur le site parisien. Beaucoup de disciplines viennent du cinéma ou du théâtre.

Nous sommes en quelque sorte les garants de la cohérence des histoires que nous racontons dans nos attractions, nos restaurants ou nos boutiques. Nous tâchons de nous référer aux histoires des « lands » à chaque nouvelle réalisation que nous entreprenons. Un exemple concret : lorsque nous avons installé le système d'accès rapide Fast Pass pour l'attraction Big Thunder Mountain, le premier bâtiment envisagé, trop gros, aurait complètement occulté la façade de la file d'attente d'origine. Nous avons mené des recherches sur les camps installés autour des mines d'or, et nous avons découvert que des marchands ambulants venaient planter leur tente à proximité pour y vendre divers ustensiles. Cette idée de tente a donc été reprise pour abriter les bornes Fast Pass. Les divers accessoires qui ornent cette structure (tasses, pelles, cafetière, etc.) ont été achetés chez les Amish en Pennsylvanie qui continuent de les fabriquer de façon traditionnelle. Un coup de patine finale a suffi à rendre à ces objets leur caractère d'antan.

Notre travail consiste à toujours chercher l'intégration logique d'un nouvel élément dans l'histoire du land, et ce de façon discrète.

© S.Bourlet © S.Bourlet © S.Bourlet


POTK : Justement, Disneyland Paris regorge d'accessoires en tout genre dans les boutiques, les files d'attente, les attractions, en avez-vous dressé un inventaire ?

Big Thunder Mountain, les falaises d'un colorado imaginaire, symboles de Frontierland.
Big Thunder Mountain, les falaises d'un colorado imaginaire, symboles de Frontierland.
© S.Bourlet

Cela dépend des Imagineers et des lands. Par exemple, Pat Burke qui a travaillé sur Frontierland a référencé tous les accessoires de la zone dans un document très complet : chaque objet possède sa photo, et son histoire est écrite à la main dans le style de l'époque. On pourrait croire que le livre existe depuis la Conquête de l'Ouest, seules les photos en couleurs trahissent son origine plus contemporaine !

Beaucoup d'anecdotes amusantes entourent ces accessoires. Par exemple, l'éolienne qui trône à côté de Big Thunder Moutain est une véritable éolienne qui tournait autrefois au milieu d'un champ du Montana. Le directeur artistique de Frontierland qui passait à proximité la voulait absolument pour décorer le land. Mais la négociation avec son propriétaire a eu une issue plutôt inattendue : l'éolienne était la seule chose que l'homme pouvait voir depuis sa fenêtre. Si on lui enlevait, il n'aurait plus rien eu à regarder dans le paysage, si ce n'est des champs à perte de vue. L'Imagineering lui a finalement acheté un téléviseur pour lui remplacer son éolienne !

Certains de nos visiteurs souhaitent même acheter des accessoires utilisés dans nos décors, mais ceux-ci ne sont pas en vente.



Stitch Live
Stitch Live
© Disneyland Resort Paris
Stitch Live
Stitch Live
© Disneyland Hong Kong.

POTK : Question plus personnelle : quelle est votre attraction préférée sur l'ensemble des deux parcs ?

La réponse est difficile, mais j'adore le concept de la nouvelle animation Stitch Live ! : par l'intermédiaire d'un écran, le célèbre personnage extra-terrestre s'adresse à un parterre d'adultes et d'enfants de façon totalement interactive en leur répondant en temps réel. C'est une expérience qui manquait dans nos parcs. Pour l'anecdote, je me souviens encore de cette petite fille qui s'adressait en vain à l'un de nos characters (personnages) qui circulent dans les parcs ... malheureusement, nos personnages ne parlent pas. Stitch, Live permet de briser cette frontière entre le personnage et le visiteur.

J'avoue que Stitch Live ! est mon attraction préférée car j'ai beaucoup travaillé sur son adaptation française. Le nom de l'attraction originale aux Etats-Unis est Stitch Encounter mais pour des raisons culturelles -le mot Encounter (rencontre) n'est pas très bien compris par le public - nous l'avons rebaptisée Stitch Live ! dans sa version européenne.

Stitch plait énormément aux visiteurs car le personnage prend le contre-pied de l'image très lisse de Mickey : Stitch est insolent, moqueur, sale, et aime semer la panique. C'est l'anti-Mickey par excellence. Même ses oreilles protubérantes en rappellent d'autres bien plus célèbres !





POTK : Une grande partie des attractions de vos parcs est "pensée" à Glendale en Californie, au siège de Walt Disney Imagineering. Quelle marge de manoeuvre dans vos créations vous est laissée ? Devez-vous leur soumettre toutes vos idées avant leur réalisation ?

Tout cela dépend en fait de la taille des projets. Nous distinguons habituellement 2 niveaux de projet :
- les petits projets, qui ne nécessitent que des petits designs en interne comme par exemple les animations saisonnières d'Halloween ou de Noël ne requièrent aucune approbation.
- les plus gros projets font l'objet de reporting auprès de Walt Disney Imagineering de Californie. L'Imagineering nous apporte principalement une aide esthétique, ils portent un oeil extérieur sur ce que nous faisons. Le reporting est aussi d'un intérêt économique important, car il permet d'optimiser nos nouvelles réalisations : par exemple, si nous travaillons pour une salle à manger dans un de nos hôtels qui a besoin d'un nouveau type de luminaires, l'Imagineering de Californie peut nous indiquer quels éclairages ont déjà été utilisés sur l'ensemble des Resorts Disney dans le monde, en faisant des recoupements avec leurs fonctions, leur style, leurs caractéristiques techniques. Par conséquent, nous pourrons réutiliser les mêmes formes, les mêmes ampoules, et réaliser des économies à plus ou moins long terme.

Le département Imagineering installé à Disneyland Resort Paris est aussi garant de l'identité de nos parcs. Nous adoptons la culture Disney à la culture européenne de nos visiteurs. A ce titre, Tokyo Disneyland au Japon est resté très américain dans son ambiance, car c'est ce qui a plu d'emblée aux visiteurs : les Japonais avaient besoin d'exotisme. A un niveau global, des efforts ont été faits dans chaque parc pour adapter les animations à la personnalité de chaque lieu. Nous nous préoccupons plus des identités. Par exemple, à Disneyland Resort Paris, il faut que certains personnages soient très présents sur le parc pour répondre à des attentes différentes : les Français adorent Dingo, les Allemands veulent voir Donald et ses neveux, et les Anglais ne veulent pas rater Winnie L'Ourson ! Seule l'expérience proche du terrain nous permet de déceler ces choses.

Walt Disney Imagineering en Californie nous apporte à la fois une aide esthétique, une compétence design et une aide technique. Mais elle reçoit aussi beaucoup de notre département créatif français et de l'expérience du resort parisien : nous échangeons en permanence nos expériences, voire même les inventions qui sont nées ici. Par exemple, l'attraction Orbitron de Discoveryland a été reproduite dans les parcs américains dans les nouvelles versions des quartiers Tomorrowland. Avec Indiana Jones et le Temple du Péril, c'est à Disneyland Paris qu'est née la première montagne russe à looping dans un parc Disney. Casey Junior et le Petit Train du Cirque a été la première attraction avec système sonore embarqué synchronisé au parcours, une technologie qui a ensuite été reprise sur Space Mountain, puis sur d'autres montagnes russes comme Rock'n Roller Coaster - aux Etats-Unis puis en France.

Orbitron
Orbitron
© Disney
Indiana Jones et le Temple du Péril : première montagne russe à looping dans un parc Disney.
Indiana Jones et le Temple du Péril : première montagne russe à looping dans un parc Disney.
© Disney
Casey Jr. Le Petit Train du Cirque.
Casey Jr. Le Petit Train du Cirque.
© Disney


Disneyland Resort Paris a aussi une grande expérience dans le multilinguisme : du fait de son implantation au coeur de l'Europe, c'est le premier parc Disney à devoir s'adresser à autant de visiteurs de cultures et de nationalités différentes. Avec la montée en puissance de la culture latino aux Etats-Unis, les parcs Disney américains sont aujourd'hui obligés de s'adapter à leur tour en adoptant l'espagnol comme seconde langue de communication. De même pour le dernier parc Disney à avoir été inauguré à Hong Kong : l'anglais est la langue officielle de cette ancienne colonie britannique, mais les visiteurs de langue chinoise sont prédominants.

D'un point de vue technique et culturel, Disneyland Resort Paris a donc été en quelque sorte un véritable laboratoire pour Walt Disney Imagineering.

Propos recueillis par
Simon Bourlet
Jonathan Lutaster


Remerciements à Marion Coroyer.

-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2017
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales