-
Bioscope : l'Environnement joue le grand jeu.
Situé en Alsace, le Bioscope est un parc ludoéducatif unique en Europe. Dans un premier temps consacré au thème de l'Homme et de la Santé dès son ouverture en 2006, le parc a connu un démarrage très difficile. En 2007, il change de thématique en s'engageant en faveur de l'environnement. Il renouvelle la quasi-totalité de son contenu jugé trop élitiste. Aujourd'hui, le Bioscope s'est donné pour mission de sensibiliser les visiteurs, et surtout les enfants, aux grands enjeux de notre planète, par le biais d'animations découvertes et d'expériences insolites. Un joyeux mélange dont nous vous avons rapporté quelques impressions.

PARTIE 1 :

Visite du parc



Entrée en matière.



©

A quelques minutes au nord de Mulhouse, le Bioscope se situe à proximité de l'Ecomusée d'Alsace, sur la commune d'Ungersheim. Ces deux sites touristiques sont bien signalés tout au long du trajet que vous arriviez de Strasbourg, ou de Mulhouse. Sorti de la route départementale, le chemin menant au parking du Bioscope traverse une plaine à corbeaux. Paysage lunaire sur quelques kilomètres, mais votre destination est proche.

Bienvenue au Bioscope... © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Arrivée à 10h30 sur le parking circulaire de 700 places par un beau dimanche de juillet. Tout au plus une quarantaine de voitures est garée devant de frêles arbres qui peinent encore à faire de l'ombre. Nous voici devant le parvis de l'entrée joliment abrité par un tapis aérien de feuilles métalliques. Légère musique d'ambiance agréable. Pas grand monde à l'horizon : la caissière, et un contrôleur. Sur les 4 caisses, une seule est ouverte.

L'entrée du parc se fait par un long couloir sombre dans lequel le visiteur est entouré de planètes sur lesquelles sont projetées des évocations de l'Homme et de son environnement. Quelques images évoquent encore le thème de la santé, une des thématiques du parc dans sa première version. Le tout constitue une entrée en matière intéressante, même si l'on ne s'attarde pas forcément sur les sujets présentés. La musique d'accompagnement omniprésente y joue pour beaucoup, dynamisant l'entrée du visiteur sur ces quelques mètres de couloir apparemment anodins.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


La fin du couloir est proche. Le paysage s'ouvre sur le parc du Bioscope et sur un cratère creusé par un impact de météorite, évoquant celle tombée non loin de là en 1492. De forme concentrique, le Bioscope a été dessiné selon l'onde de choc qu'aurait pu provoquer sa chute. Le parc se divise en trois zones distinctes qui traitent chacune d'une thématique de l'environnement.

Plan du parc en 2008.
Plan du parc en 2008.
© Bioscope


Première zone : Consommer de manière responsable, agir au quotidien.



Ici, les visiteurs sont incités à s'interroger sur leur rôle de consommateur: comment choisir un mode de vie, un produit respectueux de l'environnement ? Pourquoi et comment trier les déchets ?

La leçon aurait pu être fastidieuse à faire passer tellement le sujet devient commun. Pourtant, les 4 animations qui ponctuent cet espace sont dans l'ensemble suffisamment attractives pour capter l'attention du public pendant quelques minutes.

La maison Biovolt, sous-titrée les énergies en délire, est une adaptation de la traditionnelle «Fun House» de fête foraine. L'attraction permet de comprendre ce que sont les énergies renouvelables au détour d'un parcours ludique et sensoriel. Souffle d'air puissant évoquant les éoliennes, intense chaleur pour l'énergie solaire, effluves de terre et d'humus pour la biomasse, sol en vagues pour l'énergie hydraulique ? Le visiteur peut régler l'intensité de ces énergies à l'aide de 3 boutons poussoir et en ressentir immédiatement leurs effets.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


A noter que des personnages aux faux airs de super-héros américains ont été spécialement crées pour guider les visiteurs dans cette animation. Verdura, belle plante symbolisant la biomasse, côtoie Hydroboy et Supergéo, représentant respectivement les énergies hydrauliques et géothermiques.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Le tout est agrémenté d'une musique bien sentie qui ne fait qu'ajouter à l'ambiance déjantée qui règne à l'intérieur du bâtiment. On y passe 5 minutes tout au plus, les adultes n'apprendront pas grand-chose, mais les plus jeunes y découvriront les différents types d'énergie de façon amusante.

© S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK
Le Labyrinthe des Déchets.
Le Labyrinthe des Déchets.
© S.Bourlet / ParkOtheK



Aquaville est un ensemble d'expériences ludiques autour du thème de l'eau et des énergies renouvelables. Les enfants y apprendront à construire des barrages pour maîtriser l'écoulement de l'eau, ou encore à lancer des fusées hydro-pneumatiques après quelques secondes d'effort physique pour mettre l'engin sous pression à l'aide d'une pompe.




Le Labyrinthe des Déchets, de part sa scénographie étrange, est un reliquat amélioré issu de la première version du Bioscope. Par endroit, l'animation relève plus d'une installation d'art contemporain que d'une véritable attraction... Murs en déchets compressés aux couleurs fluo, carcasses de 2 CV et de machines à laver. Il s'agit de sensibiliser les visiteurs au gaspillage pour limiter la pollution et de sauvegarder les ressources rares telles que l'eau en cherchant à couper les fuites d'eau par exemple. Apprenez à trier vos déchets à l'aide de lance-balles pneumatiques : les balles doivent rentrer dans la poubelle de même couleur. Amusant. Au centre du labyrinthe, une salle de projection d'un documentaire, visiblement en panne.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Le Dédaloscope, ou le Grand Labyrinthe de la Terre, déroule plus de deux kilomètres d'allées et d'impasses crées à l'aide de palissades végétales et de matériaux respectueux de l'environnement. Le parcours est jalonné d'animations et de panneaux explicatifs sur le thème de l'environnement et de la biodiversité.

Un Passeport des EcoTerriens est remis à l'entrée du labyrinthe pour servir de guide au visiteur tout au long de la visite. Les familles accompagnées de jeunes enfants rempliront soigneusement ce carnet de 12 pages, les plus grands feront vraisemblablement l'impasse. -Il faut dire qu'il est très difficile de se concentrer sur le contenu des énigmes du carnet lorsqu'on se bouscule dans le labyrinthe -.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Le parcours est jalonné d'obstacles qu'il faut « ouvrir » à l'aide d'un mot de passe à composer sur un clavier alpha-numérique de digicode. Pour les plus grands (de 9 à 99 ans), le mot de passe est caché dans des impasses. Et pour les plus petits (ou les plus fainéants), il se trouve facilement sur un panneau-jeux illustré placé à proximité de l'obstacle.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK Perdu ? © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Dans ce type d'animation, nous avons pu observer trois « espèces » de visiteurs :
- le visiteur studieux : crayon à la main, il ne manquera aucune énigme tant que son carnet n'est pas rempli ! Généralement ce sont les enfants, accompagnés par le bon père de famille, ancien scout.
- le visiteur récalcitrant : la mère traînera les pieds à l'arrière. « Tu sais très bien que je n'ai pas la patience pour ça ! » lance-t-elle à son mari.
- le visiteur fainéant : il laissera faire aux autres tout le décryptage des mots de passe. (nous en faisions partie avant de comprendre que les mots de passe étaient très faciles à trouver).

Les obstacles sont des portails ou des rideaux d'eau. Ils provoquent parfois quelques embouteillages, lorsqu'une vingtaine d'individus de l'espèce « fainéants » sont coincés devant, impuissants. Un visiteur : «Monsieur, vous savez comment on ouvre la porte ? C'est quoi le code ?».

Il faut entre 1 h et 1 h 30 pour sortir du labyrinthe. Amenez de bonnes chaussures, car il vous faudra faire souvent demi-tour puisque les impasses sont nombreuses. Une partie des visiteurs, exténués (ou exaspérés) « s'échappe » du circuit en enjambant quelques buissons ou en passant par une issue de service mal fermée qui les conduit hors du parc mal délimité.

Hormis quelques « ratés » de conception (panneaux trop riches, parcours trop long et sans ombre), l'animation est un bon ajout très ludique qui permet de prolonger la durée de visite de quelques heures.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Deuxième zone : préserver les milieux naturels.



Evoquer les enjeux environnementaux actuels, c'est, entre autres, parler de la biodiversité, de la préservation des espèces et des milieux naturels. Cette zone emmène le visiteur aux quatre coins de la planète et lui dévoile les paysages inouïs qu'elle recèle. Faune, flore, écosystèmes... connaître ces sites permet de mieux les protéger.

© S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK

Planète Party fait vibrer les visiteurs à la rencontre des habitants de notre planète sur des rythmes endiablés. Après avoir choisi un personnage représentatif d'un milieu naturel (touareg, polynésienne, esquimau, ...), le « clubber » improvisé doit associer à 4 reprises plusieurs éléments constitutifs de son milieu naturel en positionnant ses pieds sur les bonnes cases d'un parterre lumineux illustré.

Un DJ très disco en 3D apparaît sur les écrans pour animer chaque séquence. Le rythme est très soutenu, les visiteurs ne disposent que de quelques secondes pour associer les bons éléments. Les adultes ont du mal, mais les enfants adorent. L'expérience peut être renouvelée plusieurs fois dans la journée, puisqu'il existe 4 personnages et environnements différents à découvrir. Planète Party ne reste pas moins un concept simple mais très efficace.

Prêt pour un tour de danse ? © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK Planète Party © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Polar Explorer sensibilise les visiteurs sur le devenir de la banquise. Sensation de froid, bruit de vent et craquement d'iceberg, glissade sur un toboggan de glace, étude d'un carottage de sol. Le visiteur peut même observer les animaux de la banquise à l'aide de jumelles rotatives. Polar Explorer est, selon nous, l'animation du nouveau cru du Bioscope qui représente le moins d'intérêt ludique. Les animations sont très vite ennuyeuses même pour les enfants.

Polar Explorer. © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


© S.Bourlet / ParkOtheK



Biodétectives plonge les visiteurs dans l'obscurité à la recherche d'un animal mystérieux. A qui appartiennent ces cris, ce pelage, ces yeux brillants, ces empreintes sur le sol ? Animation non testée, mais l'attraction reçoit un très bon accueil de la part du public.







© S.Bourlet / ParkOtheK


Nautilus s'inspire des jeux à grappins des fêtes foraines. Le visiteur est aux commandes d'un sous-marin dont le hublot donne sur les fonds marins éclairés par une lumière noire. L'homme est passé par là, et il va donc falloir nettoyer les détritus qui ont envahi les récifs. A l'aide de pinces télécommandées, les nettoyeurs doivent être précis et rapides pour ramasser le plus de déchets et ainsi marquer des points. Si votre grappin semble mal fonctionner, c'est que votre poste de jeu est en panne. Sur les 6 stands, 3 étaient hors service lors de notre visite et non signalés comme tel. Le concept du jeu est encore une fois simple mais plutôt amusant. Le jeu se déroule dans une semi-obscurité, face à un diorama de fonds marins d'assez bonne facture.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Mission Ocean est un cinéma interactif 4D qui mélange effets 3D et effets spéciaux dans la salle comme mouvement des sièges, odeurs, brumisation, et effets de souffle. Accueilli par le rédacteur en chef d'un nouveau magazine, votre mission sera de prendre le plus de photos de poissons rares. Muni d'une paire de lunettes et d'un appareil photo-pistolet, le reporter est juché sur un écoscooter des mers dont les remous vont empêcher le bon cadrage des poissons sur l'écran de projection. Le vainqueur aura son portrait affiché sur l'écran.

Développé par la société belge Alterface pour le software, et par le français Polymorph pour le graphisme 3D, Sea-Safari de son vrai nom commercial est une attraction très efficace. Le décor de la file d'attente et de la salle de préshow sont épurés mais reste dans le thème (une base sous-marine). L'animation 3D, le trait des personnages, les bruitages et les musiques sont particulièrement recherchés et ajoutent un vrai plus à cette attraction au concept à la base très simple. Mission Ocean a été en 2008 l'animation la plus populaire du Bioscope.

Cinéma interactif par Alterface. © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK




Auteur Alterface / Polymorphe.


Troisième Zone : Limiter les changements climatiques.



Cette partie du Bioscope a vocation d'expliquer les relations entre les activités humaines et les bouleversements climatiques. Surtout elle souhaite montrer aux visiteurs en quoi leur propre comportement peut être déterminant et comment chacun, à son niveau, peut contribuer à limiter le réchauffement climatique.

© S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK


Action Carbone est la seule animation autour de cette thématique. Elle prend la forme d'une Kermesse pour l'air pur avec ses jeux d'adresse, de force, d'intuition. Le but du jeu ici est de taper sur des molécules de CO2, le chamboultout dégomme les usines et au stand de tir, les visiteurs font un carton sur les émetteurs de CO2. Les points gagnés sous forme de jetons noirs leur servent à soutenir l'action de leur choix contre le réchauffement climatique. Les stands de tirs sont volontairement réalisés en bois et peints à la main, comme pour rappeler les petites kermesses d'autrefois. Sous ses airs désuets, Action Carbone est une animation très ludique qui sensibilise les visiteurs du Bioscope aux émissions de gaz à effet de serre.
Là-encore, quelques animations en panne et des éclairages hors-service.


© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Les Shows.



Les trois spectacles permanents présentés aux visiteurs, bien que tous intéressants, sont de qualité inégale.

© S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK



Le Biorama diffuse un « simple » film en relief sur les Dinosaures. L'aménagement de la salle est sommaire et respire le provisoire. Bon point cependant à un effort de décoration sur le thème d'un campement de fouilles archéologiques sur les quelques mètres que les spectateurs parcourent pour accéder à l'espace de projection. Le film est pour le reste « classique ».





Les Maîtres du Feu est un spectacle pyrotechnique mettant en scène deux comédiens confrontés aux 4 éléments : l'eau, la terre, le feu, et l'eau. Abrité dans un auditorium de 500 places, ce spectacle a été conçu spécialement pour le Bioscope par le Groupe F, spécialiste de spectacles pyrotechniques monumentaux. Quatre tableaux se succèdent ponctués par des effets pyrotechniques, des rideaux d'eau et une projection sur sphère. Même si les moyens techniques sont là, l'histoire qui nous est racontée devient peu compréhensible au fil des 15 minutes que dure la représentation. On assiste à une succession d'images subjectives très épurées dont le décryptage est peu adapté au visiteur type du parc (famille avec enfants). Une introduction narrative aurait très certainement aidé à sa compréhension.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


La scène d'effets pyrotechniques ne durent en-elle même que 2 minutes. Deux minutes intenses et bien rythmées par la musique et la performance des danseurs sur scène, mais qui ne suffisent pas à gommer la sensation de « trop peu » de ce spectacle. Extrait :



Auteur ParkOtheK


Le Théâtre de l'Homme accueille le Bioquizz.
Le Théâtre de l'Homme accueille le Bioquizz.
© S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK


Le Bioquizz, troisième spectacle, et celui le plus satisfaisant, développe son concept autour de l'interactivité entre un acrobate et les spectateurs. L'histoire est la suivante : les visiteurs doivent réunir 4 pierres colorées représentant les 4 éléments terrestres pour que le parc du Bioscope puisse ouvrir ses portes dans le film. Pour cela, ils doivent répondre par équipe à plusieurs questions à l'aide de claviers individuels. Les spectateurs sont réunis autour des 4 côtés d'une fosse carrée d'où atterrit et décolle une montgolfière chargée d'un acrobate et de son oiseau de compagnie. Les parois de la fosse sont les supports de projection de différents environnements naturels.

Consignes de vote. © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


A plusieurs reprises, les spectateurs sont interrogés pour influer sur la suite de l'histoire et sur la performance de l'acrobate : par exemple, descendre au fond du volcan, ou marcher sur ses flancs ? Chaque scénario sélectionné à la majorité fait l'objet de nouvelles questions sur la nature aux réponses parfois étonnantes. Ce système permet de renouveler pratiquement le scénario à chaque visite.

Ce spectacle d'une durée de 30 minutes est, au contraire des Maîtres du Feu, beaucoup trop long. Mais l'on se prend très vite au jeu tout en observant les performances de l'acrobate évoluant entre ciel, terre et mer. Un spectacle très réussi dédié avant tout aux enfants. Mais les adultes pourront aussi y réviser leurs certitudes !

Sur le chemin de la sortie.



La visite se termine par un passage dans la majestueuse Salle de l'Arbre. Ici, les visiteurs communiquent leurs résultats d'un jeu « fil rouge » dispensé tout au long de leur visite. Le jeu du Bioprofileur permet de déterminer la sensibilité de chacun des visiteurs aux grands défis de demain.

Douze étapes du jeu sont réparties dans le parc aux abords des cellules thématiques. On réfléchit en famille, on échange, on communique sur des questions liées à la santé, l'environnement ou le devenir de la planète. A l'issue du parcours, le visiteur rentre ses réponses dans un ordinateur qui lui remet une feuille d'arbre colorée lui révélant son Bioprofil :

Bioprofil 100pourscientifique : grande confiance accordée aux avancées scientifiques.

Bioprofil Airpurifique : préoccupation face au réchauffement climatique.

Bioprofil Terrarifique : sensibilité au développement durable.

Bioprofil Espécifique : conscience de la richesse de la biodiversité.


Cette feuille est ensuite suspendue à un arbre géant (12 mètres de haut). Symbole de vie, cet arbre reflète les sensibilités de l'ensemble des visiteurs.

La salle de l'Arbre. © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


Avant de quitter le parc, passage obligé vers l'unique boutique du parc. L'assortiment est plutôt riche pour un site de cette taille. On y trouve pêle-mêle une pyramide de peluches animales, des T-shirts et casquettes Bioscope, des jeux de société aux thèmes environnementaux, des coffrets scientifiques, des bijoux fantaisie en plastique pour les filles (?), et les best-sellers comme les boules de neige ou encore les éternels crayons et règles en bois siglés Bioscope. Un magasin très « Nature et Découverte », très en phase avec son thème, le tout aménagé dans un mobilier en bois épuré.

© S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK © S.Bourlet / ParkOtheK


En bref.



On a aimé.

- bonne intégration des 3 langues présentes sur le parc (allemand, anglais, français)
- un personnel d'accueil dynamique et attentif
- des animateurs pour les enfants ainsi que 2 aires de jeux géantes.
- un aménagement paysager agréable, même si l'ombre et un peu de fraîcheur font encore défaut.
- de nombreux panneaux signalétiques pour indiquer les directions des attractions
- de nombreuses poubelles à tri sélectif parsèment les chemins.
- Mission Océan, première attraction digne de ce nom pour le Bioscope.

De nombreux panneaux indicateurs parsèment le parc. © © Poubelle tri séléctif. © © S.Bourlet / ParkOtheK

© S.Bourlet / ParkOtheK © © Nature épanouie. © ©

Aire de jeux pour enfants. © Aire de jeux pour enfants. © Aire de jeux pour enfants. © Aire de jeux pour enfants. © Aire de jeux. ©


On a moins aimé.

- les architectures de certains bâtiments proches du « container » maquillé par une structure en bois
- les spectacles qui commencent jusqu'à 10 minutes en retard en pleine saison.
- le nombre important d'animations en panne.
- le spectacle pyrotechnique Les Maîtres du Feu, beaucoup d'attente pour un spectacle très culturel, déphasé par rapport à son public.

Le Bioscope bénéficie aujourd'hui d'un bien meilleur bouche-à-oreille localement, mais son succès et sa pérennité ne pourront être assurés que si les animations sont entretenues et régulièrement renouvelées, ce qui ne semble pas encore avoir été pris en considération. Une attraction aquatique familiale fait encore défaut.

Si vous êtes de passage en Alsace, le détour vers le Bioscope vaut la peine, surtout si vous êtes accompagné d'enfants. Après une première année catastrophique, le Bioscope a entièrement revu et corrigé sa scénographie trop élitiste, conçue par des plasticiens. Maintenant, le parc est plus coloré, plus « fun », plus anglo-saxon dans sa manière de présenter son contenu pédagogique : on ne va pas au Bioscope pour apprendre en s'amusant, mais bien pour s'amuser en apprenant. Le Bioscope a été le premier parc de la nouvelle génération de parcs ludiques et éducatifs en France à intégrer cette subtilité avec succès. Alors face aux ratés des investissements publics dans le secteur des parcs ludiques et éducatifs, pourvu que l'exemple fasse école...

Informations pratiques disponibles sur le site officiel : www.lebioscope.com


Visite réalisée en juillet 2008

-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales