-
Tour de la Terreur
Elégante et terrifiante à la fois, elle se dresse désormais dans le ciel des Walt Disney Studios à Paris. Nouveau symbole fort du second parc Disney, la Tour de la Terreur invite à un voyage dans le temps et dans la "Quatrième Dimension". Scénario, décors, effets spéciaux, et attraction sensationnelle, tous les éléments sont rassemblés pour faire de la Tour de la Terreur une expérience unique en Europe. Les Walt Disney Studios, qui jusqu'en 2006 souffraient d'un attrait plutôt faible, devraient aisément séduire un public avide de sensation forte grâce à cette attraction très efficace. Visite guidée dans les couloirs de cette tour frappée d'une bien étrange malédiction ...

Un petit tour du propriétaire.



Ce n'est pas sans une légère appréhension que nous nous approchons de l'inquiétant hôtel qui se dresse au centre des Walt Disney Studios. Les cris qui résonnent depuis l'extérieur du bâtiment laissent présager quelques sensations fortes, ce qui fera le plaisir de certains, mais fera craindre le pire aux autres...

© © ©


Nous décidons malgré tout de franchir les grilles de l'hôtel et de nous lancer dans l'aventure. Parce qu'il nous est bel et bien proposé de vivre une véritable histoire, qui commence dès que nous pénétrons dans l'édifice. Ici, tout paraît avoir été figé par le temps. Le hall d'accueil semble avoir été abandonné précipitamment. Sur une table poussiéreuse sont délaissées les cartes d'une partie inachevée, des bagages délaissés et les toiles d'araignées ont envahi toute la pièce. La musique d'ambiance semble sortir de nulle part, presque fantomatique. Nous plongeons irrémédiablement dans l'ambiance angoissante de l'épisode de la Quatrième Dimension que nous allons vivre.

© © ©

© ©


Une fois le hall traversé, les grooms qui ont repris du service invitent les clients à patienter dans la bibliothèque, le temps de remettre en fonctionnement les ascenseurs qui nous mèneront dans notre chambre. C'est l'occasion idéale de raconter l'histoire de l'hôtel. Un écran de télévision sans âge s'allume alors et relate de terribles événements: Dans les années 30, par une nuit d'orage, les occupants du Hollywood Tower Hotel, l'un des hôtels les plus réputés de la région, s'apprêtent à vivre un événement des plus étranges. Une famille accompagnée de leur servante et d'un bagagiste décident d'emprunter l'ascenseur pour rejoindre leur chambre. C'est à ce moment précis que la foudre s'abat sur l'hôtel et fait disparaître la cabine d'ascenseur'avec ses occupants'
C'est après cette effrayante révélation que les grooms aux mines fantomatiques annoncent la remise en service des ascenseurs de service. Nous allons pouvoir rejoindre notre chambre, au 13ème étage. Anti-chambre des ascenseurs de service, la chaufferie vétuste de l'hôtel dégage une atmosphère très pesante. L'immense chaudière qui y trône dessine un visage presque humain'serait-elle l'entité vivante de cette tour ? Mystère, c'est le maître mot de cette attraction.

© © ©


Nous embarquons alors dans l'ascenseur. Le véritable spectacle commence enfin. Nous montons quelques étages pour admirer une succession de scènes fantastiques qui nous font prendre conscience que nous sommes maintenant entrés dans la Quatrième Dimension. C'est à ce moment précis que la cabine d'ascenseur s'emballe réellement. Celle-ci effectue une succession de chutes et remonte les étages à toute vitesse. Une fois au sommet du bâtiment, l'occasion nous est donnée d'avoir un beau panorama sur l'ensemble des parcs, mais cela ne dure que quelques secondes puisque l'ascenseur rechute sur 13 étages une dernière fois.
C'est après cette séquence à sensations fortes que nous quittons l'hôtel, encore sous l'effet de cette succession de chutes, avec une seule idée en tête'y retourner! La vraie force de cette attraction à succès réside dans un savant mélange entre histoire, décor, architecture, lumières et sensations. Cette alchimie précise dont Disney maîtrise parfaitement toutes les ficelles fait de chaque montée dans cet ascenseur infernal une expérience nouvelle : la mise en scène, les détails et les effets spéciaux se dégustent avec délectation.
A consommer sans modération.

Un scénario avec une bonne chute.



La Tour de la Terreur s'inspire de la série télé américaine à suspense, La Quatrième Dimension. Presque inconnue en France, cette série diffusée aux USA entre 1959 et 1964 est une anthologie d'histoires fantastiques dont le but était, comme le disait son créateur Rod Serling, « de frapper le téléspectateur, de le choquer par la chute toujours inattendue, surprenante et singulière de chacune de ces histoires ». Sur l'écran d'une télévision hors d'âge dans la bibliothèque de l'hôtel est diffusée l'introduction d'un épisode « perdu » de La Quatrième Dimension dans lequel apparaît Rod Serling.

© © ©


©
©
©


Spécialement créé pour l'attraction, cet épisode raconte l'histoire unique de La Tour de la Terreur.
« En 1939, par une sinistre nuit d'orage, le Hollywood Tower Hotel est frappé par la foudre, et cinq clients de l'hôtel disparaissent à jamais dans La Quatrième Dimension. Aujourd'hui les visiteurs sont invités à revivre leur ultime voyage à bord d'un ascenseur de service », explique Theron Skees, directeur artistique à Walt Disney Imagineering.La Tour de la Terreur est née en Floride en 1994, dans le parc consacré au monde du cinéma Disney MGM Studios. Dans les phases de développement, la première idée venue à l'esprit des Imagineers -les créatifs de chez Disney - était inspirée par un crime mystérieux dans la plus pure tradition des films noirs hollywoodiens : durant une fête de fin de tournage donnée par un grand studio, le propriétaire de l'hôtel devint fou et tua tous ses clients, un par un, avant de s'échapper par l'ascenseur. Mais Disney et son esprit "maison" oblige ont écarté cette version. Le scénario mortel a pour ainsi dire été "tué" dans l'oeuf.
La deuxième idée esquissée mettait en scène un groupe de stars en plein tournage de film d'horreur. Lors de leur séjour à l'hôtel, ils disparurent mystérieusement durant une sombre nuit orageuse après avoir emprunté l'ascenseur. En même temps que les visiteurs déambulaient dans les couloirs de l'hôtel, un narrateur leur aurait dévoilé des indices cruciaux sur cette mystérieuse disparition, mais seulement après avoir embarqué dans l'ascenseur. Trop tard ! (1)
Très vite, l'idée de faire jouer aux visiteurs un rôle dans l'histoire s'est précisée. Ils allaient devenir les acteurs d'un des épisodes de la série la Quatrième Dimension. Les équipes de création de l'époque ont alors mis au point toute une mythologie autour de cette idée : des choses étranges se sont produites dans cet hôtel fréquenté autrefois par tout le ghotta d'Hollywood. Mais un soir de 1939, les portes de l'ascenseur se sont refermées pour la dernière fois. A bord, deux stars hollywoodiennes, un groom, une enfant-star et sa gouvernante. Alors que le monte-charge poursuivait son ascension, un éclair a frappé l'hôtel, condamnant les cinq passagers terrifiés à un sombre destin

Ce n'était pas un simple orage ni un simple coup de tonnerre. Avant d'atteindre le fond de la cage, l'ascenseur et ses occupants ont disparu purement et simplement, et avec eux un pan complet de la façade de l'édifice. L'hôtel s'est vidé sur-le-champ, les clients se montrant totalement incapables de faire face à ce spectacle déroutant. Personne n'a jamais remis les pieds entre ces murs. Tout est resté en l'état... jusqu'à présent.


Des détails à en tomber.



Tout s'est arrêté cette nuit du 31 octobre 1939, et il en fut ainsi jusqu'à la grande réouverture du Hollywood Tower Hotel en 2008. Les environs sont envahis par les herbes folles, les allées sont craquelées et les fontaines asséchées, pourtant, tout semble être resté en place à l'intérieur. Du courrier attend d'être lu à la réception. Des bagages sont oubliés dans un coin. Sur une table, près d'une fenêtre, on peut apercevoir un jeu de cartes, un verre de vin poussiéreux, une carte postale non achevée. Hormis la couche de poussière et la patine des années qui passent, le hall d'entrée est resté dans le même état qu'il y a plus de soixante ans.

© © © ©


"Cet hôtel laissé à l'abandon est extrêmement majestueux, très chic, doté de vastes espaces permettant d'accueillir des antiquités du monde entier. » explique Theron Skees. « Nous avons collaboré avec des entreprises qui fournissent un travail d'une qualité extraordinaire pour le compte de châteaux et de sites de renom dans toute l'Europe. Métaux décoratifs, tables sur mesure, étoffes raffinées, tissus d'ameublement, tapis : tous les tissus sont fantastiques".
"En Europe, nous nous sommes fournis facilement en objets artisanaux provenant du Pacifique Sud, d'Afrique et d'Asie", indique Skees. "Comme le scénario de l'attraction stipule que les propriétaires de l'hôtel étaient de grands collectionneurs d'antiquités, il étaitimpossible de faire l'impasse sur les pièces de collection."
Des accessoires provenant des Etats-Unis viennent compléter l'ensemble. Le style Pueblo Art Déco de l'hôtel, très en vogue dans les années 20, emprunte quelques-unes des caractéristiques de l'art indien du sud-ouest des Etats-Unis telles que des motifs circulaires évoquant les rayons du soleil, des formes en pointes de flèche ainsi que des figures simplifiées d'oiseaux-tonnerre ((l'oiseau sacré représenté les ailes déployées). « Nous avons pensé qu'aux yeux des Européens, des pièces de collection typiquement américaines apporteraient une touche d'exotisme. Ainsi, des tambours, des flèches et des tomahawks sont exposés sur les étagères de la bibliothèque », détaille Skees.

Aux Pays-Bas, son équipe a déniché un collectionneur d'accessoires évoquant l'Amérique de jadis. Son incroyable caverne d'Ali Baba renfermait tout ce qu'il fallait : panneaux de signalisation, parcmètres, affiches de films et de voyage des années 50, et mannequins aux cheveux sculptés, entre autres.

Le chef décorateur David Fimbault en recherche d'objets d'époque. © © ©


La chaufferie de l'hôtel regorge d'accessoires et d'éléments de décor suggérant que l'installation est en état de marche, de la pointeuse au bureau de la maintenance où trônent photos et effets personnels. Cette époque révolue est recréée au travers des bidons d'huile, des calendriers et cartes postales des années 30 et 40, des verres, des pipes, des étuis à cigarettes, des cendriers et des vieux numéros de magazines. « Tout est fait pour que les visiteurs soient en condition », affirme Skees.
« Le Hollywood Tower Hotel a vu le jour dans les années 30 », enchaîne Skees. « L'attraction parle d'un lieu et d'une époque bien précis, d'un épisode bien particulier, ce qui rend l'expérience bien plus tangible »

Côté coulisses.



Forte de ses 3 cages d'ascenseur fonctionnant simultanément, la Tour de la Terreur peut embarquer jusqu'à 1400 passagers par heure. Une partie du système mécanique a été conçue par l'ascensoriste Otis. La puissance d'accélération des 3 moteurs est de 10 à 15 fois supérieure à celle d'un ascenseur normal et permet à chaque cabine de 21 passagers de dévaler les étages à une vitesse de 13 m/s (50 km/h environ). La Tour mesure 56 mètres de hauteur, et s'enfonce encore de 12 mètres sous le sol. De plus ce système d'attraction est entièrement reprogrammable pour renouveler l'expérience ultérieurement : les séquences de chute pourront être multiples et déclenchées de façon aléatoire.
La construction de l'attraction a duré plus de 3 ans, mais les fondations étaient déjà présentes en 2002 à l'ouverture des Studios. Pour les fans ou plus avertis, une petite pancarte marquée «HTH» était accrochée sur le lieu de l'attraction. Celle-ci a bénéficié des nouvelles technologies, des dernières avancées techniques donc d'une construction plus rapide que les précédentes Tours de la Terreur.

© © © ©


Pour découvrir les secrets de construction de cette attraction, nous vous proposons de visionner cet excellent reportage allemand produit par Disney, sous-titré en français.

Vidéo de la tour de la terreur
Auteur Disney Channel Deutschland


Dossier réalisé par
Simon Bourlet
Gabriel Feliciano


Liens à visiter.
Site officiel Tour de la Terreur : http://www.disneytowerofterror.com/
Site officiel Disneyland Resort Paris : http://www.disneylandparis.com/
A lire aussi : (1) Imagineering, A behind the Dreams look at making the Magic Real, Disney Editions

Crédits Photographiques : Gabriel Feliciano, Disneyland Resort Paris.
Crédit vidéo : Disney, ProSieben
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales