-
L'arbre des Robinsons
Disneyland Paris. Le tourniquet passé, nous traversons rapidement Main Street comme la plupart des visiteurs.Mais alors qu'un flot incessant de fans de Space Mountain ou de virent sur la droite, nous préférons avancer vers le château puis, à la dernière minute, nous tournons sur la gauche pour pénétrer Adventureland.Nous passons en dessous d'une porte qui n'a rien à envier aux contes des mille et une nuits. Le bazar, sur la droite, attire notre regard ému ; bientôt, il sera remplacé par un restaurant "Agrabah Cafe". Nous commençons à apercevoir le plus grand des édifices de ce land. Ou peut-être devrions nous dire "arbre". Quoi que...


©

Question pour un Robinson



Si nous vous disons Daniel Defoe, vous nous répondrez, fort de votre culture littéraire, "la Vie et les Étranges Aventures de Robinson Crusoé", roman qu'il écrivit en 1719, s'inspirant de l'histoire vraie d'un marin écossais, Alexander Selkirk, abandonné pendant cinq ans sur une des îles Juan Fernández. Le roman, quant à lui, raconte l'histoire d'un naufragé qui vivra 28 ans sur une île déserte dans un bonheur relatif avant de rencontrer Vendredi (nous ne savons plus quel jour eu lieu la rencontre, d'ailleurs !) qui le suivra quand il regagnera sa patrie.

Raconté comme ça, on ne peut que trouver des similitudes entre cette histoire et celle de Tarzan. Un être humain aux prises avec la nature hostile s'en sort renforcé. La morale de l'histoire n'est pourtant pas la même. Nous vous la laissons découvrir en lisant le livre.

Nous vous parlons du roman de Daniel Defoe et pourtant, il n'y a pas de rapport direct avec cet arbre immense trônant au milieu d'Adventure Isle entre Les Pirates des Caraïbes et Indiana Jones et le Temple du péril, si ce n'est le nom "Robinson".

Mais alors ? Quelle est la vraie histoire de cette attraction ?

Deuxième Manche



C'est quelques années plus tard que sortira en 1812, un roman en relation directe avec celui de Defoe. Le Robinson Suisse de Johann Wyss raconte l'histoire de la famille Starck qui s'étant embarquée sur un bateau à destination du nouveau monde va échouer sur une île déserte. Condamnés à survivre, ils construiront une cabane dans un arbre afin de se protéger dans attaques des bêtes sauvages et vivront toutes sortes d'aventures. Ce roman, nettement moins noir que le précédent, remportera un vif succès auprès des enfants.

Bon d'accord, vous dîtes vous, un peu de culture ne fait de mal à personne. Mais quel est le rapport avec Disney et Disneyland Paris ?

©

La Finale



Faisons un bon dans le temps pour nous retrouver en 1960. Cette année là sort sur les écrans la version cinématographique et disneyenne du roman de Wyss, "Les Robinson des mers du sud", le titre original étant plus proche du livre : "Swiss Family Robinson". Le film est un succès et marquera de son sceau l'œuvre de Disney au même titre que Davy Crockett ou Zorro.

Il est pourtant étonnant de retrouver sur les plans de Disneyland Paris quelques 30 ans plus tard, une attraction sur ce thème tant le film est tombé dans l'oubli le plus complet. Il n'est qu'à lire cette présentation faîte de l'attraction en Floride par le guide Ulysse "Disney World" pour s'en convaincre : "Certains visiteurs dédaignent cette attraction, la jugeant inintéressante ou trop exigeante…". Que voilà une entrée en matière peu flatteuse mais emprunt de bon sens !

Et pourtant

Le Cadeau



La Cabane des Robinson est une attraction pleine de charme et d'intérêt. Même si on ne peut nier qu'elle ne remporte pas l'oscar de la meilleure attraction de Disneyland Paris, il s'en dégage toutefois une atmosphère particulière. La mise en scène des différentes "pièces" est tout bonnement incroyable. On a vraiment l'impression que la famille vient à peine de quitter les lieux. Et puis, en toute chose malheur est bon, si l'attraction n'est pas prisée, elle a cet avantage de ne pas vous faire attendre une heure avant d'avoir quelques minutes de bonheur.

N'oublions pas une chose, Adventure Isle est l'île au trésor dont La Cabane des Robinson est son joyau.

Visite guidée



Lors de votre visite, vous y découvrirez une multitude d'accessoires qui vont de la louche en coquillage au carton à chapeau contenant un authentique haut-de-forme du XIXè siècle, en passant par l'ancre de 900 kilos avec ses bernaches d'origine

Nous nous en remettons, maintenant, au guide Michelin pour nous aider dans la visite de cette bien étonnante cabane :

"L'arbre (le seul arbre artificiel du parc), imitation d'un banian, figuier originaire de l'Inde, s'élève jusqu'à 27 mètres de hauteur et déploie à sa base un labyrinthe de racines. Cet endroit, appelé Le Ventre de la Terre, sert à la fois de cave (on peut y voir des provisions) et de refuge en cas de danger. Cette maison originale, qui ne manque pas de charme, possède quatre niveaux accessibles par des escaliers serpentant au milieu de branches et de feuilles gigantesques. Au cours de la montée, apparaissent les différentes pièces de l'habitation. Un système ingénieux de tuyaux, godets en bambou et roue permet à toutes les pièces d'être alimentées en eau à partir d'un ruisseau…"

La suite de la visite, c'est à vous de la découvrir

Quelques infos intéressantes...



Dans l'arbre, vous pourrez à l'aide de longue-vue regardez le bout de l'île nommée Peg Leg Point (la pointe Jambe-de-bois).

L'orgue de la pièce familiale, un instrument à soufflerie manuelle, joue une vraie polka suisse (The Swisskapolka).

Entre l'île de la Cabane et l'île des pirates, gît une épave cassée en deux. Il s'agit bien là du bateau des Robinson dans lequel ils ont récupéré tout ce qu'ils pouvaient pour construire leur nouvelle vie.

Dans chaque chambre figurent aux murs les commentaires du père, comme : "Notre cuisine et notre salle à manger ont l'eau courante, un foyer de pierre volcanique et un fourneau des ustensiles de notre fabrication. Ce qui a été récupéré de l'épave, plus l'abondance de la nature et la cuisine de ma brave épouse comblent amplement nos besoins."

©


Pour conclure, quelques chiffres



Tout d'abord provenant de l'attraction floridienne :
- 27 mètres de haut
- environ 600 branches
- 800 000 feuilles en vinyle plus vraies que nature
- 1 dollar la feuille au début des années 70

Puis de l'attraction parisienne :
- 27 mètres de haut
- 200 tonnes pour l'ensemble
- 300 000 feuilles
- 50 000 fleurs en vinyle
- 800 accessoires
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2021
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales