Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Le Futuroscope présente sa saison 2009.

par Jonathan Lutaster

NOUVEAUTÉ

Lundi 13 avril 2009 - 22:07


ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions - Nouveautes 2009

A lire sur le même sujet
> La Note Bleue dévoile ses mystères au Futuroscope.
4 avril 2009 - Le printemps vient de débuter, et le Futuroscope présente toutes ses nouveautés 2009 aux médias. Retour sur les nouvelles expériences qui attendent les visiteurs, suivi d'un question-réponse à son président Dominique Hummel, qui revient sur les enjeux de cette année.

Cinq nouveautés majeures sont présentées en 2009 au Futuroscope. La plus marquante d'entre elles est le nouveau spectacle nocturne le « Mystère de la Note Bleue », dont un article lui est dédié dans nos colonnes. Un nouveau spectacle de magie de l'illusionniste Bertran Lotth est également proposé. Il mêle émotion, fantaisie, le tout sur une scène intimiste, de quoi en prendre plein les mirettes. Une vraie réussite.

Trois renouvellements de film viennent compléter ces changements :
Les Astromouches : Il s'agit d'une version en 3D du film "Fly me to the Moon " dans un format 35 minutes. L'histoire nous raconte ce qu'il s'est réellement passé lors du premier pas de l'homme sur la lune, où, trois mouches qui s'étaient infiltrées secrètement dans la capsule spatiale Apollo 11, ont permis de sauver ce premier voyage lunaire.
Chocs Cosmiques : Ce film vient en remplacement du très apprécié Destination Cosmos. Sur la narration de l'acteur Lorànt Deutsch, ponctuée de quelques pointes d'humour, les spectateurs partent pour un voyage sur la création de l'univers et son devenir de « gros amas de cailloux ». De très belles images, sur une vision très scientifique de la chose.
Ecodingo : Il s'agit du nouveau film du Cinéma Dynamique 1. L'histoire : Aux commandes d'un vaisseau volant de l'ère 2052, prenez le départ d'une grande course futuriste et mesurez-vous aux véhicules volants les plus extravagants.

Les Astromouches.
Les Astromouches.
© Futuroscope 2009
© Futuroscope 2009
Chocs Cosmiques.
Chocs Cosmiques.
© Futuroscope 2009
© Futuroscope 2009
Ecodingo.
Ecodingo.
© Futuroscope 2009
© Futuroscope 2009


La nouveauté 2008 les Animaux du Futur a reçu une mise à jour, et propose désormais des effets plus réalistes, et une nouvelle interaction avec une pieuvre-singe, mais pour garder l'effet de surprise nous ne vous en dirons pas plus. Et pour accompagner cette évolution, une nouvelle expérience à réaliser chez soi est disponible sur le site des Animaux du Futur. Autre changement mineur, le monde des enfants reçoit lui aussi de nouvelles animations, dont les détails sont visibles ici.

Les Animaux du Futur.
Les Animaux du Futur.
© Futuroscope 2009
© Futuroscope 2009
Les Animaux du Futur.
Les Animaux du Futur.
© Futuroscope 2009
© Futuroscope 2009


Dominique Hummel : Visiter les parcs, c'est une dépense de 1ère nécessité.



Le parc a connu une très bonne saison 2008 avec une fréquentation de 1,6 million de visiteurs, avec un chiffre d'affaire de 73 millions d'euros pour un résultat net de 2,4 millions. En 2009, la crise frappe à la porte. Le président du Futuroscope Dominique Hummel revient sur les choix faits au sein du parc, et nous livre son sentiment sur la conjoncture actuelle.

Quel bilan tirez-vous des années passées sur le parc ?
A mon arrivée en 2003 le parc allait mal, il a fallu restructurer et réduire le nombre d'emplois fixes. Depuis 2003, notre fréquentation est en constante augmentation, et nous sommes revenus à 380 CDI sur le parc. Actuellement on estime que pour 1 euro généré par le parc, cela en rapporte 10 au Département. Depuis sa création, le parc a généré 300 millions d'euros.
Nous avons réussi à augmenter notre taux de revisite, notamment grâce à la règle du 10, 20 60. C'est-à-dire investir 10% de notre chiffre d'affaire, pour renouveler 20% de notre offre, affin de faire revenir 60% de nos visiteurs. Le nombre de revisites était de 500.000 en 2003, il est maintenant de 1.000.000 .
Nous avons également réussi au fil des ans à augmenter la satisfaction de nos visiteurs, tout en baissant nos coûts de fonctionnement. (NDLR: Les frais d'exploitation s'élevaient à 47 millions d'euros en 2008.)
85% de nos visiteurs sont français, dont un tiers provient du triangle de proximité Nantes-Bordeaux-Limoges. Et 10% de nos visiteurs viennent en train.

Comment abordez-vous la crise économique ? Avantage ou inconvénient ?
La visite de parcs de loisirs est une dépense de 1ère nécessité pour les familles, elle permet de lutter contre la morosité. Et nous remarquons une nouvelle tendance : ce sont les personnes qui d'habitude partent faire un break à l'étranger en cette période, qui remplacent leur voyage par un court-séjour sur notre parc de loisirs. On a noté une augmentation de 30% des réservations pour le mois d'avril dans nos hôtels 3 et 4 étoiles, ce qui pourrait correspondre à un report des voyageurs habitués aux destinations à l'étranger.
Notre atout le plus important réside dans notre flexibilité. Tous les lundi je me réunis avec mes collaborateurs proches, et nous discutons de la semaine à venir. Nous pouvons jouer sur le nombre de séances à nos attractions, et les types d'offres proposées à nos clients. Ce sont les clés de notre flexibilité. Toujours pour le mois d'avril, nous prévoyons une hausse de 5% de la fréquentation comparée à 2008, mais comme nous avons une visibilité réduite, nous ne pouvons prévoir celle de cet été.

Disneyland Paris propose des offres à prix planchés pour ses clients, notamment sur le net, comment ajustez-vous l'offre tarifaire du Futuroscope ?
Nous n'envisageons pas de proposer des offres low-cost pour l'instant. La situation peut évoluer, mais notre triangle de proximité ne nous permet pas de compenser une baisse des prix par une augmentation de notre nombre de visiteurs. Nous préférons miser sur nos offres globales, c'est-à-dire des packages comprenant l'entrée au parc+l'hôtel+la restauration. De cette façon nous pouvons conserver nos marges, et proposer des séjours à des prix attractifs à nos visiteurs. D'autre part, internet donne le pouvoir de la réflexion à nos clients. Ils ont tendance à attendre le dernier moment pour réserver, dans le but d'avoir la meilleure offre.

Quel est l'avenir des visiteurs groupe pour le parc ?
La clientèle groupe est en net recul. En 2008, elle ne représente plus qu'un quart de notre fréquentation totale, dont 200.000 scolaires. Le corps enseignant ne souhaite plus s'aventurer dans ce genre de sortie avec les contraintes que cela engendre. La tendance est aussi à l'individualisme, lorsque nos visiteurs passent par leur CE, ce n'est plus pour une sortie de groupe, mais pour profiter des tarifs avantageux sur la billetterie individuelle.

Que répondez-vous au succès mitigé qu'a rencontré la nouveauté 2008, les Animaux du Futur ?
J'assume ce choix de la technologie de la réalité augmentée. Le Futuroscope étant un lieu d'avant-garde, nous avons fait ce choix de l'innovation, mais nous essuyons les quelques imperfections de cette nouvelle technologie. La V2 des Animaux du Futur lancée cette année apporte déjà des avancées importantes comparée à la V1, mais reste forcément inférieure à la prochaine V3. Ce qui est important c'est de continuer de faire évoluer le concept. Et surtout, même si les Animaux du Futur ne remporte pas tous les suffrages auprès des adultes, c'est l'attraction préférée des enfants. Toutes les attractions ne peuvent pas fédérer toute la famille, même si nous essayons qu'un maximum soit tout public.

Fin 2009, Arthur et les Minimoys débarquent sur le parc. Pourquoi ce choix ? Comment le lien entre EuropaCorp (les studios de Luc Besson) et le Futuroscope s'est-il fait ?
C'est Luc Besson qui est venu nous voir. Cela l'intéressait de développer une attraction avec le Futuroscope. On nous a souvent reproché de ne pas s'occuper assez des plus jeunes. Nous souhaitons désormais augmenter l'offre pour les 4 ans et plus. L'année dernière, un partenariat avec Code Lyoko a été mis en place, et le monde des enfants s'est vu étoffé. Arthur et les Minimoys va donc dans la continuité de ce choix.
Le lancement du deuxième volet d'Arthur au cinéma est prévu pour le 9 décembre, et pour coller à l'événement, l'attraction sera inaugurée en présence de Luc Besson le 19 décembre prochain.
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales