Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

La Note Bleue dévoile ses mystères au Futuroscope.

par Jonathan Lutaster

NOUVEAUTÉ

Jeudi 16 avril 2009 - 13:45


ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions - Nouveautes 2009

A lire sur le même sujet
> Le Futuroscope présente sa saison 2009.
> Des illuminés au Futuroscope.
> Yves Pépin récompensé.
Un nouveau spectacle nocturne se joue cette année sur la scène en pleine air du Parc du Futuroscope. Réalisé par Yves Pépin et sa société ECA2, ce show aquatique invite le visiteur à remonter les traces de la poétique note bleue. Découverte du spectacle, et interview avec son créateur.

Après le succès qu'a rencontré le Miroir d'Uranie, créé par ECA2 et joué de 2002 à 2005 sur le lac, le Futuroscope a choisi de confier à nouvau les commandes de son nouveau show nocturne à Yves Pépin. Son travail est reconnu mondialement, on lui doit notament la mise en scène des cérémonies de la Coupe du Monde de Football 1998 ou encore la célébration du passage à l'an 2000 à la Tour Eiffel. Et plus récemment, il a été conseiller artistique des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux olympiques de Pékin.

Place à l'imaginaire et à la mélodie

Chaque soir, à la tombée de la nuit, les visiteurs partent pour un voyage éblouissant en trois dimensions dans l'univers de la musique et le merveilleux. Mike, un DJ bien réel, en chair et en os, interpelle le public et dialogue avec DJFX, un jeune garçon virtuel, passionné de musique. Quand la note bleue apparaît sous la forme d'un visage d'une pureté inimaginable pour disparaître aussitôt, les deux protagonistes n'ont plus qu'une idée en tête : partir à sa recherche pour ouvrir la voie de toutes les émotions sonores. Elle représente le son idéal, celui qui reste en nous, au-delà de toutes les autres notes. C'est Décibelle, une petite fée volante, qui va les guider dans un univers multicolore, peuplé de créatures insolites, composé d'ondes graphiques, de percussions, et de glissades
sonores.

© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009


Ce grand show multimédia unique au monde mêle pyrotechnie, projections d'images sur écrans d'eau, jeux de lasers, interaction entre un comédien et un personnage 3D, le tout rythmés par une musique originale. Dans un moment propice à la magie et à la poésie, l'immense scène aquatique située aux pieds du Kinémax, s'anime pour conter aux visiteurs l'histoire de la note bleue. Ce spectacle rassemble tous les publics et présente un dispositif scénographique impressionnant, intégrant cette année plus de 1500 roseaux artificiels comme autant de points scintillants qui reflètent le ciel sur la surface du Lac. Le Mystère de la Note Bleue, plus qu'une simple concentration d'effets spéciaux, c'est aussi une création artistique qui fait jaillir l'émotion et éveille l'imaginaire.

Un peu de technique dans cette symphonie sonore et visuelle.

Durant plus d'un an, 60 personnes ont oeuvré à la réalisation du Mystère de la Note Bleue. Uniquement pour élaborer l'histoire et concevoir le story-board, ainsi que les spécificités des personnages et le casting des acteurs, il a fallu trois mois aux équipes d'ECA2. L'exigence devait être à la hauteur du résultat attendu. Le Mystère de la Note bleue est avant tout une aventure artistique complexe : la production du spectacle associe des techniques très diverses comme la réalisation d'images de synthèse mais
aussi le tournage d'images réelles avec de vrais acteurs ou encore la mise en place d'effets lasers. Ces techniques induisent des chaînes de production différentes dont la synthèse artistique s'opère seulement lors d'une dernière étape, en situation sur le lieu du spectacle.

Particulièrement important pour Le Mystère de la Note Bleue, la musique est la création originale de Philippe Villar et Pascal Lengagne, inspirée par l'histoire et les personnages. Il était primordial que la restitution du son
soit fidèle à la magie globale du spectacle. Là aussi, tous les morceaux de musique ont été programmés directement sur le lac. Digne d'une mécanique de précision, l'ensemble des effets et des images est géré par un système de contrôle informatisé aux 25e de seconde près.

Quelques chiffres :
- Une scène aquatique de 7000 m², soit la superficie de 18 terrains de baskets.
- Un théâtre de plein air de 5000 places assises.
- 3 écrans d'eau géants, chacun d'une superficie de 350 m².
- 70 jets fontaines dont la hauteur atteint 45 mètres.
- 300 mètres de linéaire de brouillard.
- 7 geysers de 8 mètres d'envergure.
- 5 projecteurs PIGI double défilant.
- 3 projecteurs cinéma 35 mm (3 films en 35mm), soit 2.6
Km de pellicule projetés.
- 16 projecteurs de flammes de 8 mètres de haut et 2 de 17 mètres de haut.
- 450 effets spéciaux pyrotechniques.
- 3 lasers polychromes, capables de reproduire toutes les couleurs de l'arc-en-ciel.
- 1500 roseaux lumineux.
- 1 écran LED de 28 m² intégré au spectacle.

« Je ne me perçois pas comme un créateur mais comme un révélateur. »



Pourquoi avez-vous choisi le thème de la musique pour le nouveau spectacle du parc ?
Dans tous les spectacles, le son a une importance considérable qu'on ne prend peut-être pas suffisamment en considération. J'avais envie de donner cette fois une place particulière à la musique. La musique m'a toujours passionné. J'ai vécu mon enfance, ma jeunesse "dedans" et je voulais faire un spectacle qui parle précisément de l'univers du son. Au-delà de la perception physique et ondulatoire, le son offre un univers complet à explorer, chargé d'émotions avec ses montées, ses descentes, ses variations...

Toutes les aventures des personnages sont motivées par la quête de la note bleue ? Quelle définition en donnez-vous ?
La note bleue, c'est cette note qui est au delà de toutes les notes que l'on peut jouer quand on fait de la musique. C'est la note qui représente une forme d'idéal, qui provoque la plus grande émotion. Cette référence à la note bleue, c'est celle de la note bleue du jazz, illustré par le célèbre club
new-yorkais, le "Blue Note". Selon une définition qui avait été donnée dans des chroniques du 19ème siècle, c'est la note du silence, c'est à dire la note qui suit le morceau qui est joué et qui prolonge l'impression sonore qui a précédé. On disait que Chopin faisait des improvisations dans des salons le soir et lorsque la nuit tombait et que la chandelle s'éteignait, c'était là qu'on entendait la note bleue.

Pouvez vous nous parler de l'outil technologique dont dispose le Futuroscope. C'est un spectacle qui concentre tous les effets d'un grand show ?
Oui, c'est un spectacle qui concentre des effets et c'est un lieu qui concentre des effets. Il n'y a pas de lieu identique à celui de ce théâtre du Futuroscope. Il possède uneexpression visuelle forte, ce qui en fait un lieu exceptionnel. Ce site est à la fois un théâtre de lumières, un théâtre de sons, un théâtre d'images mais aussi un théâtre d'effets spéciaux et tout ça sur une surface aquatique considérable. C'est un dispositif scénographique exceptionnel, qui n'existe nulle part ailleurs dans le monde. Des fontaines, des jets d'eau, une expression par l'eau, par la lumière, par la couleur, par l'image qui elle-même est projetée sur écran d'eau... Le lieu m'inspire beaucoup : même lorsque je suis dans mon bureau à Paris, je m'imagine assis dans les gradins du Futuroscope à la place du spectateur. Je ne me perçois pas comme un créateur mais comme un révélateur. D'un lieu, on se demande toujours quelle histoire il peut révéler. Il suffit de se mettre à son écoute pour que l'histoire apparaisse. Dans ce sens, le lac du Futuroscope est très inspirant : c'est une porte ouverte sur l'imaginaire.

Et cette année, la nouveauté que vous avez apportée à ce lieu, c'est une multitude de roseaux lumineux.
Oui, on a voulu que la surface même de l'eau devienne une sorte de reflet du ciel étoilé, que finalement la surface de l'eau devienne un scintillement et participe avec ce scintillement au spectacle lui-même.

Vous avez participé et conçu de grands événements dans le monde entier. Travailler dans l'univers du spectacle, était-ce un rêve d'enfant ?
Sûrement. Je ne pense pas qu'on puisse faire ce métier sans avoir eu des rêves dans son enfance et sans avoir envie de les exprimer d'une façon ou d'une autre. Et puis ensuite, c'est le parcours professionnel qui m'a amené à manier des outils d'expressions comme l'image, la vidéo mais aussi évidemment le son, la lumière et surtout l'envie de raconter des histoires.

Vous avez été conseiller artistique lors des dernières cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques à Pékin. Quelques mots de votre aventure chinoise ?
C'était une longue aventure puisqu'on a travaillé pendant trois ans et demi avec les équipes chinoises pour mettre en place ces cérémonies d'ouverture et de clôture des J.O. avec des artistes chinois. Une équipe, donc, essentiellement représentative de la culture chinoise mais dans laquelle, en tant que conseiller artistique étranger, j'ai essayé d'apporter à la fois une sensibilité peut-être différente mais aussi un regard, qui finalement est celui de la plupart des téléspectateurs, des 4 milliards de
téléspectateurs qui ont vu cette cérémonie, parce que la plupart étaient hors de Chine.

Si vous deviez convaincre un ami de venir voir Le Mystère de la Note Bleue ?
Je crois qu'il faut venir le voir pour se laisser emporter par la musique, mais aussi par l'émerveillement des tableaux visuels, de la dynamique et de la combinaison que constituent à la fois les lasers, l'image et l'eau. Le conseil que je donnerai à mon ami, c'est qu'il se laisse emporter dans ce voyage, parce qu'en réalité c'est un voyage. C'est l'aventure de deux personnages qui partent explorer l'univers exceptionnel des sons.

Et pour terminer, voici quelques clichés du spectacle :
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
© Jonathan Lutaster - ParkOtheK 2009
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales