Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Disneyland Resort Paris : hausse du chiffres d'affaire en 2008.

par Jonathan Lutaster

ECONOMIE

Dimanche 15 février 2009 - 12:19


ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions - Bilan 2008

A lire sur le même sujet
> Compagnie des Alpes : résultats en progression.
Euro Disney S.C.A., la société exploitant Disneyland® Resort Paris, a présenté le 29 janvier dernier le chiffre d'affaires du premier trimestre de l'exercice 2009, clos le 31 décembre 2008.

Le chiffre d'affaires généré par les activités touristiques est en hausse de 3 % et s'établit à 324,4 millions d'euros, contre 316,1 millions d'euros pour le premier trimestre de l'exercice précédent.

Le chiffre d'affaires des parcs à thèmes est en hausse de 6 % et s'établit à 186,1 millions d'euros contre 175,1 millions d'euros pour le premier trimestre de l'exercice précédent, traduisant une augmentation de 8 % de la fréquentation des parcs à thèmes. La hausse de la fréquentation des parcs à thèmes reflète une croissance sur le marché français, laquelle
a été partiellement compensée par une moindre performance sur les marchés espagnol et britannique. La dépense moyenne par visiteur est en baisse de 1 %, traduisant la diminution des dépenses en marchandises.

Le chiffre d'affaires des hôtels et du Disney Village est en baisse de 2 % et s'établit à 124,6 millions d'euros contre 126,7 millions d'euros pour le premier trimestre de l'exercice précédent, traduisant une diminution de 2,3 points du taux d'occupation des hôtels. Cette baisse s'est traduite par 12 000 nuitées de moins qu'au premier trimestre de l'exercice précédent, essentiellement liée à la baisse du nombre de visiteurs espagnols et britanniques, partiellement compensée par la hausse du nombre de visiteurs français. La dépense moyenne par chambre est restée stable.

Les autres revenus, qui incluent principalement les redevances de participants, les services de transport et de voyages proposés aux visiteurs, sont en baisse de 0,6 million d'euros et s'établissent à 13,7 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires généré par les activités de développement immobilier est en baisse de 21,0 millions d'euros, par rapport au premier trimestre de l'exercice précédent. Au premier trimestre de l'exercice précédent, il comprenait la vente pour un montant de 12,5 millions d'euros d'un actif immobilier situé à Val d'Europe et qui faisait auparavant
l'objet d'un bail à construction. Une transaction a été finalisée au cours du Premier Trimestre contre quatre autre transactions au premier trimestre de l'exercice précédent.

Au cours du Premier Trimestre, l'augmentation des charges générées par les activités touristiques traduit la hausse des salaires et des dépenses de marketing et de ventes. Elle est partiellement compensée par la diminution des coûts associée à la baisse des activités de développement immobilier.

Concernant ces résultats, Philippe Gas, le Président d'Euro Disney S.A.S., a déclaré : « Le chiffre d'affaires de nos activités touristiques est en augmentation au premier trimestre de l'exercice, et ce malgré un contexte économique difficile. La hausse de la fréquentation reflète le succès de nos offres commerciales adaptées aux contraintes de pouvoir d'achat des consommateurs. L'attractivité de notre destination ne s'est pas démentie : vivre la magie et l'expérience Disney lors de courts séjours continue de répondre aux attentes des visiteurs européens. [...] En 2009, il y aura encore plus de raisons de venir à Disneyland Resort Paris. Nous lancerons une nouvelle année de festivités au cours de laquelle nous donnerons vie à encore plus d'histoires Disney en dévoilant l'attraction Playhouse Disney Live et le spectacle Disney Stars n' Cars dans le Parc Walt Disney Studios. Nous ne sommes pas immunisés contre l'impact d'une crise économique prolongée et nous concentrons nos efforts sur la gestion de nos coûts tout en continuant à proposer une expérience Disney de qualité, comme l'attendent nos visiteurs. »

Au-delà de la bonne croissance de Disneyland Resort Paris, ces résultats confirment la tendance à la hausse de la fréquentation des parcs européens. Contrairement aux rapports alarmistes qu'exposent certains économistes sur les coupes budgétaires des ménages, les premiers effets de la crise ne se font pas encore sentir sur l'industrie du tourisme en Europe, et tout particulièrement en France.
Crise à retardement pour l'industrie, besoin d'évasion prêt de chez soi plus fort que l'épargne, ou conversion des vacances au soleil en courts séjours, les deux prochains trimestres détermineront la tendance.
Souhaitons que cette situation perdure.
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales