Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Musées contre les parcs ?

par Simon Bourlet

MANAGEMENT

Mercredi 16 février 2005 - 10:00


ThèmesTags

ThèmesTags Industrie

Les musées ont souvent eu une image d'institutions poussièreuses peu rentables, alors que les parcs de loisirs se voient affublés d'une étiquette de "machine à sous" , dont la seule préoccupation est la longueur des files d'attente.

« Musées et parcs d'attractions : Réveillez-vous ! Les files disparaissent », tel est l'intitulité d'un des séminaires donnés au Salon de l'International Association of Amusement Parks and Attractions (IAPAA) à Orlando en novembre dernier. Paradoxalement, les opérateurs de parc à thème s'attendent à une rude compétition avec les musées dans le futur.

Alors que la source des subventions publiques se tarît, les musées donnent une image plus attractive d'eux-même et ce afin d'augmenter leurs bénéfices. Et quelques parcs à thème semblent bien suivre cette voie là, en ajoutant des éléments éducatifs à leurs prestations.

Pour sa partenaire commeciale basée au Royaume-Uni, Rosalind Johnson, le parc hollandais Efteling est un exemple en matière de conversion à "l'edutainment" : le parc s'est associé à l'organisation internationale WWF pour accueillir un nouveau concept d'attraction « le PandaVision », un cinéma 4D. Le PandaVision enseigne aux enfants les dommages causés par l'homme à l'environnement. Mais c'est par le biais d'un film drôle et d'une animation interactive que le message passe. Efteling utilise également des eaux usées traitées pour irriguer le parc qui constitue un des plus beaux jardins des Pays-Bas. Pour Rosalind Johnson, la volonté du parc de ralier un intérêt économique à la cause environnementale prouve que le tandem éducatif-commercial peut fonctionner...

Pour Craig Hanna, un des fondateurs de la société Thinkwell Design productrice de shows pour parcs de loisirs (voir notre article) , « C'est une nouvelle ère à la fois pour les parcs et les musées. Les parcs veulent élargir leurs offres en incluant de nouveaux éléments à l'expérience vécue par le visiteur, satisfait d'avoir appris de nouvelles choses tout en s'étant diverti pour le même prix. Les musées doivent se battre avec Internet, les films, le câble et le satellite, et les parcs à thème. Ils doivent trouver de nouveaux moyens attractifs pour délivrer un enseignement face aux médias que les visiteurs ont déjà largement éprouvés. »

Ainsi en Europe, le parc Spyland dédié aux agents secrets, va pour la pour la première fois juxtaposer un "musée" et des attractions spectaculaires. Mais ne nous y trompons pas, le musée sera un "A-musée" comme le veut la terminologie employée par l'équipe de ce projet novateur. Sensations et émotions seront donc au rendez vous d'une grande partie de la dizaine de scènes présentées avant même d'entrer dans le parc des agents secrets de fiction qui entoure l'a-musée avec ses attractions.

Dans un monde où les enfants sont de plus en plus demandeurs de divertissements, les musées savent se plier aux tendances. Rosalind Johnson conseille aux parcs de loisirs de prendre en considération le nombre croissant de musées consacrés aux enfants. Rien qu'aux Etats-Unis, ils étaient 35 en 1975. On en dénombre désormais 180, et 80 sont actuellement en projet. « Les enfants veulent ce qu'ils ne peuvent avoir à la maison » avertit Silvia Matiko. « Donc les musées essaient de capter les dollars des parcs de loisirs ! Les musées évoluent et attirent. Ils ont également beaucoup à apprendre de leurs voisins chahutants mais divertissants. Et après tout, le savoir n'est plus réservé qu'aux groupes scolaires. »

Mais les nouveaux musées seront plus ambitieux que cela : ils seront avant tout dirigés par des hommes d'affaires.

A Different View a récemment été invité à conseiller le gouvernement roumain sur la manière de commercialiser son héritage culturel. L'ancien état communiste entre dans l'Union Européenne en 2007, et la Roumanie souhaite capitaliser son héritage en mettant au point des animations culturelles attractives payantes. De plus, la ville roumaine de Sibiu, avec le Luxembourg, a été sélectionnée pour devenir la capitale européenne de la culture en 2007. « Ils comprennent que le tourisme est un moteur de leur économie, et ils ont dans leurs mains un héritage culturel très fort dont ils veulent tirer profit, comme par exemple un tombeau vieux de 2300 ans, ou des vestiges du 10° siècle. » souligne Silvia Matiko

Warning: scandir(multimedia/00000341/): failed to open dir: No such file or directory in /home/panda/parkothek/nv/article-lire.php on line 468

Warning: scandir(): (errno 2): No such file or directory in /home/panda/parkothek/nv/article-lire.php on line 468

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/panda/parkothek/nv/article-lire.php on line 468
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2019
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales