Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Pinderland, un futur royaume pour le cirque

par Le Monde

PROJET

Mercredi 30 janvier 2008 - 10:31


ThèmesTags

ThèmesTags Divers

Ce serait le Disneyland du cirque. Gilbert Edelstein, 70 ans, PDG de Pinder-Jean Richard et président du Syndicat des directeurs de cirque, a décidé de relancer son projet de parc d'attraction consacré au cirque : Pinderland. Pour faire aboutir ce vieux rêve, il met à disposition sa propriété de 130 hectares à Perthes-en-Gâtinais, petite commune de 2 000 habitants, près de Melun (Seine-et-Marne).

Avec deux centres commerciaux (Carrefour et Leclerc) dans un rayon de 1,5 km, qui drainent 32 millions de clients par an, Gilbert Edelstein table sur plus d'un million de visiteurs, et la création de 400 emplois. Le projet Pinderland a cependant été dénoncé, en décembre, par Caroline Lanty, présidente de la Société protectrice des animaux (SPA) comme " allant à l'encontre de toutes les démarches actuelles en faveur des animaux sauvages ". Et aucun calendrier n'est encore établi, reconnaît le promoteur de Pinderland.

Mais le soutien de principe du maire de Perthes, Robert Mattioda, et du conseil général de Seine-et-Marne serait acquis. Les élus locaux y voient l'occasion de réaliser des travaux d'aménagement d'une liaison routière entre l'autoroute du Sud et la N7 – désormais confiée aux départements, comme toutes les routes nationales. Elle permettrait d'éviter la traversée de Perthes, qui voit déjà passer 11 000 véhicules par jour, et "d'assurer le développement économique (Gâtinais, Pinderland…) sans apporter de nuisances supplémentaires aux habitant ", explique le conseil général en préambule à une étude lancée sur cette liaison.

Sur le papier, le projet Pinderland semble très abouti. Le cœur du parc serait occupé par un chapiteau de 3 000 places, où les spectacles seront renouvelés tous les trois mois. Des animaux qu'il est interdit de présenter dans des tournées, comme les rhinocéros ou les hippopotames, pourront l'être à Pinderland – d'où les réticences de la SPA. Les visiteurs pourraient assister, assis sur des gradins, à divers ateliers de dressage de fauves, d'éléphants, d'otaries, de chevaux… Pendant les relâches, les animaux seront visibles en semi-liberté.

Gilbert Edelstein a aussi prévu un zoo pour les animaux retraités – ils sont 80 actuellement à couler une vieillesse heureuse sur sa propriété – et pour les animaux sauvages saisis par les douanes, habituellement euthanasiés. Il sera enfin possible de se balader à dos d'éléphant ; le roi du Cambodge aurait prévu d'en prêter 25 avec leurs cornacs. Le parc d'attractions comprendra également des manèges sur le thème du cirque, ainsi qu'un musée des cirques Pinder et Jean-Richard, des boutiques et des restaurants. " L'entrée sera à 4 ou 5 euros et le cirque et les manèges seront très bon marché ", promet Gilbert Edelstein.

Source : Francis Gouge - Le Monde
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2019
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales