Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Talocan, une nouveauté à vous faire tourner la tête !

par Simon Bourlet

NOUVEAUTÉ

Dimanche 03 juin 2007 - 14:45


© Phantasialand 2007

© Phantasialand 2007

ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions

Le secret avait été bien gardé, et l'effet d'annonce s'en est trouvé que plus renforcé. Phantasialand, a inauguré sa nouvelle attraction Talocan la semaine dernière, après plus de 6 mois de travaux titanesques pour dresser un décor aux couleurs aztèques, et autant de temps nécessaire à propager toutes les rumeurs concernant cette réalisation. Retour sur une attraction "classique" mais adaptée à la sauce artistique et marketing Phantasialand. Le résultat est tout de suite plus pimenté...

Le 23 mai dernier les portes du monde Aztèque de Talocan se sont ouvertes aux premiers visiteurs. Véritable machine à sensations, ce Suspended Top Spin fabriqué par l'allemand Huss, -spécialiste des flat-rides- se serait retrouvé bien dénudé sans ses effets spéciaux et son écrin de décors aztèques : 2 000 pièces importées du Mexique ornent un tout nouvel espace, le spectacle est assuré par des effets de brouillards, des jets d'eau et des flammes. 38 personnes dos-à-dos peuvent prendre place à bord de la nacelle sans plancher, et expérimenter une accélération de 4G sur 3 séquences de mouvements différents.

Juste « histoire » de vous faire peur.

Mai 1957. L´histoire raconte que dans le petit village paisible de San Miguel del Pedro, deux vignerons, Pablo et son employeur Pedro Gonzales, ont mis à jour un étrange temple aztèque alors qu'ils effectuaient des travaux d'agrandissement de leur cave coopérative. Leur bâtiment se trouvait sur les flancs de la montagne Tlaloc : les anciens racontent qu'il s'agit d'une porte vers le monde des Enfers, vers la demeure de Tlaloc, dieu de la Pluie et des Eclairs.

En creusant, les deux hommes découvrent une petite pièce remplie de crânes au fond de laquelle se dressent deux vieilles portes en bois. Pris de panique, Pablo quitte le bâtiment et attend son patron sur la place du village. Mais en un instant les murs de la bâtisse se fendent, et un nuage de poussière s'élève dans le ciel. Pablo court sauver Pedro Gonzales. Mais il a déjà disparu. Une des deux vieilles portes a été entrouverte. Pablo la franchit et découvre un incroyable temple aztèque jaillissant au milieu de la roche brisée en deux. Miguelito, le fils de Pedro Gonzales rejoint Pablo, et une force inexplicable les attire au centre du temple, vers une mystérieuse nacelle de sièges. Ils s'assoient tous les deux, et des phénomènes étranges se produisent soudain : eau, épais brouillard, jets de flammes, des rires diaboliques, des explosions... le sol devient plafond, les murs deviennent sol. A sa descente, Pablo, encore hypnotisé par ce qu'il vient de vivre regarde autour de lui : Miguelito s'est aussi volatilisé.

Talocl est une divinité aztèque, Seigneur de la Pluie des Eclairs et gardien de Talocan. Responsable de tous les phénomènes climatiques, il manifeste son pouvoir en apportant la pluie, le tonnerre, les inondations, la sécheresse et les tempêtes aux Hommes. Son royaume, le Talocan -le 4° ciel des Aztèques- est un paradis d'arbres et de fleurs où le printemps règne éternellement. Toutes les personnes qui sont mortes noyées ou d'une cause liée à l'eau ou à une tempête y vivront une vie éternelle et heureuse.

Jusqu'à aujourd'hui, personne n'a revu Pedro Gonzales et son fils. L'enquête de police n'a apporté aucune réponse à ces mystérieuses disparitions. L'histoire pourrait bien se répéter sur les prochains visiteurs qui affronteront le Dieu Talocl, méfiance ...

© Phantasialand 2007 © Phantasialand 2007


Le sens du détail.

En s'approchant de l'imposante structure abritant l'attraction (20 m), les couleurs chatoyantes des façades mexicaines accueillent le visiteur dans une ambiance festive, puis passés, les plus courageux se trouvent face à d'effrayants bas-reliefs de divinités aztèques. La rupture entre le monde mexicain idyllique et paisible et l'ancienne culture aztèque pleine de malédiction est franche : des tonneaux entassés dans une authentique charrette en bois, des étoffes tissées à la main, des vieilles affiches bigarrées laissent la place à l'univers disproportionné d'un temple aztèque en ruine d'où surgit du sol fendu la mâchoire menaçante du Dieu Tlaloc.

© Phantasialand 2007 © Phantasialand 2007 © Phantasialand 2007


La responsable du projet, Annette Pieck a entrepris de nombreuses études et recherches pour récréer une thématisation authentique autour de Talocan. Tellement authentique quesur les7,5 millions d'euros qu'a coûté Talocan, plus de la moitié de l'investissement a servi au décor.Avecquelques 2000 pièces importées, une telle richesse de détails est plutôt inhabituel pour un parc européen, mais Phantasialand signe-là son troisième chef-d'oeuvre dans la lignée de l'Hôtel Ling Bao aux couleurs de la Chine ancestrale, et de Black Mamba, montagne russe serpentant dans un village africain (voir notre article). Le dépaysement est total.

La garde-robe des employés de l'attraction a également été adaptée pour l'occasion. Ce sont toutes des compositions originales tissées à la main, décorées de médailles, et d'autres accessoires en cuir qui renforcent encore un peu plus la mythologie créée autour de cette attraction. Ainsi le symbole central de Talocan, un calendrier solaire circulaire, se décline en collier, et les ceintures, en cuir véritable, s'inspirent des costumes traditionnels aztèques.

900 personnes par heure affrontent Talocl © Phantasialand 2007


S'agissant de la décoration végétale, Phantasialand n'a pas lésiné sur les moyens : de la nouvelle Plaza Mariachi à la très colorée Arena de Fiesta, les fleurs et les arbres donnent un air de petit village bucolique. Environ 70 palmiers ont été plantés. Certains avoisinent les 100 ans, et d'autres doivent encore se remettre de la perte de leur écorce durant le transport. Des thyrses rouges, des oponces (cactus), et des platanes ornent la Plaza Mariachi dans une ambiance très estivale. De quoi vous détendre à l'ombre avant d´affronter la colère du Dieu Tlaloc.

A peine l'attraction ouverte, des travaux ont déjà commencé à proximité de la zone africaine du parc, ceux d'un hôtel de 16,5 millions d'Euros répondant au doux nom exotique de Matamba. Plus d'informations courant juin.

Informations pratiques

Phantasialand, situé près de Cologne enAllemagne,est ouvert jusqu'au 4 novembre 2007 tous les jours de 9h à 18h. Entrée adulte : 29,50 euros, entrée enfant : 26 euros.
Plus d'informations : http://www.phantasialand.de/
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales