Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Mirabilandia racheté.

par Simon Bourlet

MANAGEMENT

Lundi 14 août 2006 - 13:32


ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions

Ravenne en Italie. Le Parc Mirabilandia a changé de propriétaire. Deuxième parc de loisirs en Italie avec 47 attractions, Mirabilandia attire plus de 1,5 millions de visiteurs par an et réalise un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros. Le 4 août dernier, à la surprise générale -il faut dire que la négociation aura duré quatre mois- Parques Reunidos, le géant espagnol des loisirs, avec à son actif 21 parcs de par le monde, a officiellement annoncé l'acquisition du parc italien.

« Un parc au potentiel de croissance élevé. »

Il y a cinq mois circulaient des rumeurs de possible rachat par un opérateur de la ville de Rimini, située à une soixantaine de kilomètres du parc. Rumeur vite démentie par la direction. Mirabilandia fait désormais partie de la riche collection des structures de loisirs de Parques Reunidos, dont les actionnaires sont trois fonds d'investissement privés nord-américains: Advent International, Morgan Stanley et Standard Life. Le groupe prévoit d'accueillir à la clôture de l'année 2006 plus de 9 millions de visiteurs et de réaliser un chiffre d'affaires de plus de 180 millions d'euros sur l'ensemble de ses sites. C'est Advent International qui a supporté la stratégie d'expansion de Parques Reunidos depuis 2003, date à laquelle le fond d'investissement a remporté avec succès son OPA sur le groupe espagnol anciennement côté en bourse. Mirabilandia est la cinquième acquisition du groupe depuis 2003, et les rachats ont eu plutôt tendance à se multiplier ces derniers mois: un parc aquatique en Norvège, un aquarium en Argentine et le français Marineland à Antibes en juillet dernier.

Au lendemain de la vente, Richard Golding,PDG du groupe Parques Reunidos se confiait au journal Corriere Romagna : « Les acquisitions à quelques jours d'intervalle du plus grand parc marin français Marineland, et de l'aquarium Mar de la Plata en Argentine ont permis de renforcer le groupe. Mirabilandia est une structure de grand prestige en Italie et elle reste très appréciée à un niveau plus international. Avec ces dernières acquisitions nous estimons que nos activités à l'étranger représenteront pas moins de 50% du chiffre d'affaires du groupe. »

Depuis Madrid, Yolanda Piris responsable des relations extérieures du groupe précise que « Parques Reunidos est à la recherche de parcs avec un potentiel de croissance élevé et Mirabilandia en est un parfait exemple. C'est un très bon parc capable d'offrir un grand nombre d'attractions et d'activités à ses visiteurs, avec une bonne notoriété et des employés très professionnels. Le parc bénéficiera en outre du savoir-faire d'un des groupes leader du secteur des parcs de loisirs. Notre objectif est de développer et d'investir dans la structure actuelle de façon à la maintenir au niveau des meilleurs parcs européens ».

Si la valeur de la transaction n'a pas été rendue publique Yolanda Piris donne quelques indications relatives à sa valeur de marché. « L'EBITDA de Mirabilandia, c'est-à-dire l'indicateur qui met en évidence le revenu d'une entreprise avant impôts et taxes, a été de 9,5 millions d'euros en 2005 et en 2006 on estime ce chiffre entre 10,5 et 11 millions d'euro. Le parc vit donc une situation financière radieuse. » Quant aux intentions du groupe autour des nouveaux investissements ou d'un licenciement du personnel Yolanda Piris s'explique : « Nous ne prévoyons actuellement aucun licenciement. Nous entendons acquérir Mirabilandia avec comme objectif de développer le parc, ses activités, et de conserver intact son prestige. En outre avant de prendre n'importe quelle décision nous voulons travailler avec le management pour mieux connaître le marché local et l'organisation du parc. Nous espérons que le personnel sera content de cette acquisition par Parques Reunidos puisque nous souhaitons investir beaucoup dans le parc pour exploiter pleinement le succès qu'il a eu jusqu'à présent auprès du public ».

De la banqueroute à la route du succès.

Mirabilandia a été crée en 1992 par plusieurs investisseurs italiens, parmi lesquels Finbrescia (46% de l'investissement initial), San Paolo Finance (44%), et le groupe de média Publitalia (10%) alors détenu par la holding financière Fininvest de Silvio Berlusconi. Le parc a alors été pensé pour attirer les Italiens, certes, mais aussi les touristes nord-européens de la très proche côte balnéaire adriatique, et devenir ainsi un argument de plus pour la région d'Emilie-Romagne déjà très touristique et au riche passé historique.L'investissement de départ a été de 150 milliards de lires italiennes, soit 78 millions d'euros. Finbrescia s'est appuyé à l'époque sur la loi Carraro-Vizzini de 1990 qui prévoyait des aides publiques pour la région suite à une prolifération anormale d'algues sur la côte adriatique. Cette aide de 14 milliards de lires (7 millions d'euros) a été accompagnée par une cession de terrain par la Commune de Ravenne pour 99 ans à la société Parque de la Standiana -créée pour l'occasion- et a déclenché très vite les synergies nécessaires avec les investisseurs privés pour la planification du territoire. Les cinq premières années du parc se sont révélées catastrophiques : pour sa première année d'exploitation, le parc n'accueille que 600.000 visiteurs, bien loin des 2 millions initialement prévus. En 1993, malgré un bref sursaut à 950.000 visiteurs, le parc peine à plaire, et sa fréquentation s'écroule à 650.000 entrées de 1994 à 1996. Au bord de la banqueroute en 1997, le parc est cédé à deux investisseurs privés: Loeffelhardt et Casoli. La famille Loeffelhardt est alors déjà l'heureuse propriétaire du parc Phantasialand en Allemagne. Elle possède la majorité des actions de Mirabilandia, le reste est détenu par Giancarlo Casoli, un entrepreneur régional. En quatre ans et quelques investissements intelligents (un spectacle de cascades, des tours de chute libre, et un rollercoaster inverted), ils ont su faire de Mirabilandia une machine rentable, et ont porté sa fréquentation à plus de 1.5 million de visiteurs par an. En 2003, Mirabilandia ouvre un second parc aquatique baptisé Mirabilandia Beach, et l'agrandit en 2004.

Une grande première pour l'Italie.

Entre temps, en ville, les premières réactions ne se sont pas fait attendre. Premier parmi les premiers à connaître les tentatives d'approche de Parques Reunidos, Fabrizio Matteucci, maire de Ravenne précise l'importance locale du parc à thème dans un communiqué : « Très tôt j'ai été informé de l'opération de rachat puisque Mirabilandia représente depuis des années une très importante ressource pour le tourisme, pas seulement pour Ravenne, mais pour toute la côte. Parques Reunidos est un grand groupe européen qui assure aussi bien la continuité de l'activité du parc que du management avec lequel le conseil communal a eu d'excellents rapports ces dernières années via Giancarlo Casoli. »Le vice-maire Mingozzinuance toutefois cet optimisme ambiant : « J'espère que dans les jours qui viennent nous pourrons rencontrer les nouveaux propriétaires pour éclaircir quelques doutes, surtout vis-vis de l'emploi des jeunes, et aux perspectives de développement que Casoli avait indiqué il y a quelques mois. » Les rumeurs indiquent que Giancarlo Casoli pourrait bien rester à la direction de Mirabilandia, ou à défaut, prendre un poste à responsabilité. Le même cas de figure s'était présenté en 2004 lors du rachat du parc belge Bobbejaanland : Parques Reunidos avait conservé Jacky Schoepen, alors directeur du parc et fils du fondateur Bobbejaan Schoepen.Précisons encore que le rachat de Mirabilandia marque un certain bouleversement en Italie : pour la première fois, un opérateur étranger entre sur le marché des parcs italiens, jusqu'alors composés de quelques 70 petites et moyennes structures quasi-indépendantes. La première tentative de rachat d'un parc italien par un groupe étranger a eu lieu l'année dernière : elle concernait l'opérateur anglais Tussaud's et le parc numéro 1 en Italie, Gardaland. Elle avait finalement échoué.

Warning: scandir(multimedia/00000086/): failed to open dir: No such file or directory in /home/panda/parkothek/nv/article-lire.php on line 468

Warning: scandir(): (errno 2): No such file or directory in /home/panda/parkothek/nv/article-lire.php on line 468

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/panda/parkothek/nv/article-lire.php on line 468
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2018
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales