Décryptez l'actualité du monde de l'amusement.

Exclusivité : le Huitième Continent au Futuroscope.

par Simon Bourlet

NOUVEAUTÉ

Mercredi 13 octobre 2010 - 20:47


© Alterface

© Alterface

ThèmesTags

ThèmesTags Parcs d'attractions - Nouveautes 2011

Le développement durable, enjeu majeur du XXI° siècle, s'est infiltré dans la vie quotidienne. Ce thème qui est plus que jamais une question d'actualité pour le futur, a inspiré le Parc du Futuroscope qui lui consacrera une nouvelle attraction en 2011. Le Huitième Continent invitera ses visiteurs à une chasse sous-marine écologique peu commune, à la rencontre d'êtres étranges imaginaires qui peuplent des profondeurs à l'existence insoupçonnée. Découvrez en avant-première l'univers imaginé par le Futuroscope pour vous faire plonger dans un océan de surprises.

Une inspiration profonde.

Si l'univers sous-marin et les protagonistes de l'aventure sont purement fictifs, le Huitième Continent, lui, est une bien triste réalité. Appelé aussi vortex d'ordures, le Huitième Continent est un amoncellement de détritus divers, principalement constitué de plastiques et déchets, évalués à 3.3 millions de tonnes. C'est le navigateur Charles Moore, en août 1997, alors qu'il effectue la traversée du Pacifique de Hawaï à la Californie, qui découvre la zone. Très peu fréquentée, ni par les marins, ni par les pêcheurs, cette zone concentre une densité alarmante de déchets. Les ordures se détériorent sous l'effet de nombreux facteurs et se mêlent à des micro-organismes vivants, ce qui explique que la « plaque », appelée parfois « soupe » ne soit ni réellement visible à l''il nu, ni depuis les satellites. Sa formation résulte d'un vortex ou tourbillon, c'est-à-dire de courants qui font converger vers cette zone les déchets flottants, renforcé par l'absence de vents. Aujourd'hui, cette plaque à une superficie qui correspond à un tiers de l'Europe. A ce rythme, le Huitième Continent devrait faire la taille de l'Afrique avant la fin du XXI° siècle.

Votre mission, si vous l'acceptez ...

Deux amis, Marc, un scientifique écologique, un peu allumé, et Sarah, une jeune aventurière audacieuse, rêvent d'un monde plus « vert » et partagent la même passion pour les océans. Grâce à son ingéniosité, Marc met au point une invention spectaculaire, le trash buster, une arme chargée d'un fluide révolutionnaire qui permet de changer les déchets en air pur.

© ©

© ©

© ©


Pour tester cette invention, les deux héros vous invitent à prendre part à leur mission au milieu d'un océan polaire. Dans leur laboratoire, les deux scientifiques accueillent les visiteurs pour les informer de leur mission. Votre objectif : éliminer l'île des ordures, aussi appelée 8ème continent. Comme une grosse méduse géante, cette île, formée de déchets agglutinés, flotte dans l'océan, au gré des courants marins. Les animaux ont même muté en organismes vivants composés de conglomérats de déchets. A vous le grand ménage !

©

©

©

Le navire d'exploration
Le navire d'exploration
©


Hippocampe
Hippocampe
©
Méduse
Méduse
©
Crevette
Crevette
©
Sole
Sole
©


Une technologie éprouvée.

C'est au fabricant belge Alterface que l'on doit la réalisation du jeu vidéo, des scooters motorisés et de la production des séquences filmées du Huitième Continent. La technologie utilisée au Futuroscope, le Cinémaction, n'est pas nouvelle : depuis sa première apparition dans le parc d'attractions vosgien Fraispertuis City en 2006, Alterface a en installé une trentaine dans le monde avec succès.

Le principe appliqué au Futuroscope est simple et similaire aux modèles déjà existants : face à un écran panoramique, les visiteurs prennent place sur des sièges dynamiques individuels, sortes de selles évoquant des scooters brise-glace. Destinés à compliquer la mission des visiteurs en les secouant, les sièges bougent en fonction des péripéties de l'histoire.

Au fil de 3 séquences, de la surface de l'océan jusqu'aux fonds marins en passant par un palier intermédiaire, les visiteurs, armés de leur « trash buster », visent les cibles-ordures qui se présentent sur l'écran face à eux. A chaque tir efficace, le pistolet s'illumine et le visiteur marque des points. A la fin de la partie, les scores s'affichent ainsi que les photos des deux meilleurs joueurs.

© © ©


En France, 3 parcs de loisirs sont déjà équipés de ces cinémas interactifs, dont le principal avantage est de pouvoir renouveler aisément les films aux thèmes différents. Toutefois, la production réalisée pour le Futuroscope sera unique et restera exclusive en France. Le film ne sera malheureusement pas au format 3D-relief, contrairement à celui projeté au Bioscope en Alsace par exemple.

L'attraction sera installée dans l'ancienne salle du cinéma 360° qui sera scindée en deux espaces de 40 joueurs et 2 places pour personnes à mobilitié réduite. Ouverture prévue au mois d'avril 2011.

Questions à Benoît Cornet, CEO de la société Alterface.



ParkOtheK : Avez-vous du faire appel à de nouveaux procédés pour réaliser le film interactif du Huitième Continent?

Benoît Cornet : Nous avons fait appel aux techniques de cinéma comme pour "the House" mais avec en plus la technique du fond vert, l'utilisation de rails de travelling, et de nouvelles caméras. La particularité du film est qu'il a été tourné en 2 formats différents super wide et stéréo et en 2 durées différentes, et ce de manière à être adaptable à toutes les installations de cinéma interactif d'Alterface. Le résultat sera un contenu d'une qualité extrème (tournage en décors réels) avec une interactivité encore améliorée grâce à une utilisation très importante d'images de synthèse.

Le scénario à été pensé avec le Futuroscope comme premier client mais il s'agit d'un produit appelé à être au catalogue d'Alterface et disponible sur tous les continents.

POTK : Quelle technologie utilisez-vous pour créer cette interactivité dans vos cinémactions ? Est-ce comparable à une console Wii en version XXL ?

B.C. : Notre approche est radicalement différente de la wiimote afin d'accepter un grand nombre de joueurs. L'"intelligence" du système est déportée dans le système de suivi du côté du show control et ne se trouve pas dans le révolver que chaque joueur tient dans les mains. Dans le cas de la Wiimote, l'appareil tenu par le joueur doit fournir des informations au système central, ce qui implique un risque de panne bien plus élevé du à la fragilité de l'appareil.

POTK: Vous avez développé récemment un nouveau type de cinéma immersif (ndlr: The House). Pensez-vous continuer d'élargir votre catalogue produit à d'autres technologies, services, voir à des produits qui ne font pas appel à l'image ?

B.C. : Le positionnement d'Alterface est celui d'un leader sur l'interactivité "on location", c'est-à-dire ni à la maison et ni sur Internet. Nous développons dès lors beaucoup de solutions dans cette optique-là. The House représentait la volonté de créer un nouveau type d'attraction dark-ride et le succès a dépassé nos attentes. C'est donc très engageant pour le futur. Nous avons déjà installé et équipons actuellement des dark-rides très ambitieux basés sur la technologie "media" (les joueurs face à des écrans), hybride (un mélange entre écrans et cibles physiques) ou traditionnelle (cibles physiques uniquement). La technologie est universelle et ses atouts sont aussi probants dans les trois types d'attractions: facilité d'implantation grâce au sans-fil, universalité (nous avons équipé des nacelles ETF, Mack, Preston & Barbieri) et bien entendu coût !

The House
The House
©
Dark-ride interactif -Mirabilandia (IT)-
Dark-ride interactif -Mirabilandia (IT)-
©


En ce qui concerne maintenant les cinéma interactifs, nous avons adopté une stratégie à deux "étages": d'un côté les cinémas interactifs comme par exemple Fraispertuis, le Bioscope, Le Bocasse et maintenant le Futuroscope pour n'en citer que quelques uns, et de l'autre les 5Di. Les cinéma interactifs sont des installations de grande taille, thématisées, et destinées à jouer un thème pendant une période assez longue.

Les 5Di représentent des installations de plus petites tailles (typiquement 9 places) qui peuvent projeter plusieurs contenus. Elles sont destinées elles au monde des centres récréatifs, shopping malls, bowlings. Alors que les cinémas interactifs bénéficient uniquement de la technique de production de contenu type "cinéma" (images précalculées) les 5DI ont accès également à ce catalogue mais peuvent également faire tourner des animations construites grâce à des moteurs graphiques en temps réel, comme des jeux vidéos. La qualité du temps réel est un peu moindre que celle du contenu type cinéma mais les écrans des 5Di sont aussi plus petits.

©


Au printemps 2011, ce ne seront pas moins de 10 titres (7 en precalculé, 3 en temps réel) qui seront proposés et notre intention est de collaborer avec des studios de création pour étoffer ce choix encore plus. Nous mettrons en oeuvre une technique originale pour l'acquisition de ces jeux... à suivre donc...

Tous les visuels et images de cet article ont été reproduits avec autorisation, et sont soumis à copyright. Leur reproduction hors de cet article n'est pas autorisée.
-- annonce --
ParkOtheK © 2002-2017
Site indépendant. Enregistrement CNIL n° 1037474. Tous droits réservés.
Toute reproduction partielle ou totale du contenu est interdite.

Annonceur | Espace Membre | Flux RSS | Nous contacter

Foire aux questions | Qui sommes nous ?

Conditions d'utilisation | Mentions lègales